Les Artistes du Festival

Artistes

Yves Coudray, directeur artistique, fait appel chaque année à de nombreux artistes (chanteur, musicien, costumier, créateur de lumières, ...). Ils se sont déjà produits au festival. Les voici par ordre alphabétique :


 

Morgane Billet soprano

La Belle Hélène


morgane billet-redMorgane Billet a étudié pendant 8 ans le saxophone au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Saint -Nazaire. En 2004, diplômée de l'Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, elle change de voie, étudie le chant lyrique, passe une license de musicologie à la Sorbonne, se forme en direction de choeur et obtient un prix (DEM) de chant lyrique à Pantin. Elle donne ses premiers récitals en 2008. Elle participe régulièrement à des master classes (Carmelo, Agnello, Alain Garichot, Yves Coudray, Antoine Palloc, Thomas Palmer, Isabelle Germain,...).Depuis ses débuts, de nombreux rôles lui ont été confiés, notamment la Comtesse Almaviva (Le nozze di Figaro, W.A.Mozart), Mercédès (Carmen, Bizet), La mère (Les Contes d'Hoffmann, J.Offenbach). En 2015, en oratorio, on peut l'entendre dans le Gloria RV589 de Vivaldi et le Requiem de Mozart à la Cathédrale de Chartres.Elle a fondé le Quatuor Ariane en 2013 avec lequel elle donne de nombreux récitals mis en espace.Aujourd'hui, à Paris, elle dirige deux ensembles vocaux : le Choeur du Lycée Rocroy-Saint Léon et le Choeur A portée de Notes.


Hélène Blanic

Pianiste Chef de chant

IMG 0534Après des études musicales effectuées au Conservatoire d'Orléans, où elle obtient plusieurs premiers prix (piano, solfège, accompagnement), Hélène Blanic est engagée en qualité de pianiste accompagnatrice au CNIPAL de Marseille, puis comme chef de chant à l'Opéra-Théâtre d' Avignon et des Pays de Vaucluse, à l'Opéra de Monte-Carlo et à l'Opéra de Nice où elle participe à diverses productions et travaille avec de nombreux artistes de renommée internationale. Depuis 1992, elle travaille régulièrement à Radio France aux côtés de chefs d'orchestre tels que Marek Janowski, Charles Dutoit, Jeffrey Tate, Kent Nagano, Kurt Masur ...

Ses récents engagements : Carmen (Opéra de Shanghai dir: Michel Plasson), Belle Hélène, die Zauberflöte et Mefistofele (Opéra de Montpellier) Traviata (Opéras de Vichy et d'Avignon, Chorégies d'Orange et à Baalbeck, Manon et Norma à l'Opéra de Massy et Vichy, Tosca aux Chorégies d'Orange... Elle a été Chef de Chant et continuiste pour Il Viaggio a Reims, production faite en partenariat avec le Cfpl que l'on a pu retrouver en tournée sur une quinzaine de scènes lyriques de France (Reims, Vichy, Avignon, Massy, Montpellier, Clermont-Ferrand, Tours, Metz pour la saison 2008-2009 et Nancy, Toulon, Nice. St Etienne,Toulouse, Bordeaux, Marseille,...pour la saison 2009-2010)

Pour la saison 2010-2011, elle sera pour Cosi fan Tutte , Les Dialogues des Carmélites et Carmen à L'Opéra d'Avignon, Les Contes d'Hoffmann à l'Opéra de Massy, Orfeo à l'Opéra de Montpellier, Aida aux Chorégies d'Orange...



 Mélanie Boisvert  soprano

Les jeux de l'Amour et d'Offenbach


Melanie-105 redAprès des études de piano et de chant à Toronto et à Cologne, la soprano canadienne fait ses débuts en France en 2002 dans le rôle d’Olympia (Les Contes d’Hoffmann) à l’Opéra national du Rhin. Elle chante dans de nombreux théâtres et festivals en France et à l’étranger, et notamment au Grand Théâtre de Luxembourg, au Festival Radio-France à Montpellier, au Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles, à l’Opéra national de Lorraine, et sur les scènes des opéras de Liège, Vienne, Gênes, Strasbourg, Avignon, Saint-Etienne, Toulon, Nice, Rennes, Rouen, Bordeaux, Ottawa, Québec... Elle interprète la Reine de la nuit (La Flûte enchantée), Zerbinetta (Ariane à Naxos de Strauss), Lakmé, Oscar (Un Bal masqué), Nanetta (Falstaff), le Rossignol de Stravinski, l’Hôtesse (La Nuit de Gutenberg de Philippe Manoury), la Charmeuse (Thaïs), la Fée (Cendrillon), Ännchen (Der Freischütz), Feu, Princesse et Rossignol dans L’Enfant et les sortilèges, Gabrielle (La Vie parisienne), Titania (Le Songe d'une nuit d'été), Clorinda (La Cenerentola), La Vierge (Jeanne d’Arc au bûcher de Honegger), Cunégonde (Candide), Fiakermilli (Arabella), Adèle (La Chauve-Souris), Gabrielle (La Vie parisienne)… Pour la saison 2011-12, elle interprète le Voyage d’hiver de Schubert au Théâtre de l’Athénée et collabore en tant que soliste avec L’Ensemble Orchestral de Paris et Laurence Equilbey à la Cité de la Musique et avec l’Orchestre National d’Ile-de-France. Au disque pour Timpani, elle interprète Aucassin et Nicolette (Paul Le Flem) et enregistre les Mélodies de Philippe Gaubert. En 2014-15, elle est Gabrielle (La vie parisienne) à Strasbourg, soliste auprès de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et Patrick Davin et participe à la création mondiale de Penthesilea (rôle de Prothoe) de Dusapin à La Monnaie de Bruxelles. Elle est la soprano dans l’Opéra de quatre notes (Tom Johnson) à la Comédie de Picardie et en tournée francilienne dans la mise en scène de Corinne et Gille Benizzio (alias Shirley et Dino) pendant la saison 2015-16, ainsi que Titania (Le Songe d’une nuit d’été) à l’Opéra de Metz. On la verra à nouveau interpréter Gabrielle (La Vie parisienne) à l’opéra de St-Etienne en 2016-17, ainsi que dans le rôle de l’Infirmière dans Aliados (Sebastian Rivas) à Grenoble.


Edwige Bourdy soprano

Bagatelle

L'ile de Tulipatan

Monsieur Choufleuri restera chez lui le...

Les Jeux de l'Amour et d'Offenbach


EB TULIP1Edwige Bourdy aborde la musique très jeune par le piano et la danse et étudie le chant et l'art lyrique au Conservatoire de Toulouse et à l'Ecole de l'Opéra de Paris. Après ses débuts au Festival d'Aix en Provence dans Polymnie (Boréades) et dans Barberine (Les Noces de Figaro) au Capitole de Toulouse, elle se produit à Paris, Théâtre des Champs Elysées, Salle Pleyel, Opéra, Opéra Comique, Péniche Opéra et dans plusieurs autres maisons d'Opéra : Lyon, Saint-Étienne, Rennes, Metz... ainsi qu'à Londres, Rome, Lisbonne, Tokyo, Athènes, New York... où elle interprète plusieurs rôles du répertoire lyrique, Sœur Constance (Dialogues des Carmélites), le Feu, la Princesse, le Rossignol (L'Enfant et les Sortilèges), Blondchen (L'Enlèvement au Sérail)... d'Opérette et d'Opéra Comique, Coraline (Le Toréador), Antoinette (Ô mon Bel Inconnu), Agathe Coquenard (Véronique)... ainsi que des rôles issus du répertoire baroque ou contemporaine.

Passionnée par le Théâtre Musical, elle joue à Paris et en tournée dans des spectacles haut en couleur: « Stupéfiante! - Marie DUBAS de Haut en Bas », « L'Oiseau Rare », « Attention Maîtres Chanteurs », « Shadoks et Compagnie » ROUXEL / CHOUILLET, « Musique de Placard » : DUBILLARD / OFFENBACH « Le Chant des Correspondances » MOZART /COUDRAY, « Café Allais » : ALLAIS-MECHANICK-BUGEAUD / DUCLOUX, « Les Boulingrin » COURTELINE – APERGHIS. On pourra la voir en 2013 au Festival Offenbach d'Etretat dans « L'Ile de Tulipatan » où elle tiendra le rôle de Théodorine et tout dernièrement dans « The King and I » au Théâtre de la Croix Rousse à Lyon dans le rôle d'Anna. Elle se produira prochainement à L'Opéra Comique dans « Robert le Cochon et les kidnappeurs », une création d'Ivan Grinberg et Marc-Olivier Dupin.



 

Jean-Sébastien Bou baryton

Vent-du-Soir

JSB VDS2Après des études au CNSM de Paris, Jean-Sébastien Bou est très vite engagé sur les scènes françaises et étrangères. Il interprète le rôle-titre de Pelléas et Mélisande sous la direction de Mac Minkowski, à l'occasion du centenaire de la création de cette œuvre à l'Opéra Comique, ainsi que sur diverses scènes nationales et étrangères. Il crée également en France le rôle de Werther dans la version pour baryton de Battistini au Grand Théâtre de Tours sous la direction de Jean-Yves Ossonce.

Jean-Sébastien Bou est régulièrement l'invité des scènes lyriques pour les rôles du répertoire : Marcello (La bohème), Silvio (I Pagliacci), Ping (Turandot), Ottokar (Der Freischütz), Heerufer (Lohengrin), Oreste (Iphigénie en Tauride), Florestan (Véronique), Valentin (Faust), le rôle-titre de Don Giovanni... Il chante aussi Borilé des Boréades dans la production de l'Opéra de Paris à New York. Ces dernières saisons, il a chanté Farfarello dans L'amour des trois oranges à l'Opéra de Paris, Enée de Dido and Aeneas à Rennes, Figaro du Barbiere di Siviglia au Grand Théâtre de Tours, Oreste dans Iphigénie en Tauride à Grenoble et au Festival de Beaune, Sharpless dans Madama Butterfly au Festival de Loche, Fiesque au Festival de Radio France et de Montpellier, les Lieder eines fahrenden Gesellen de Mahler à la Salle Pleyel.

Il a fait ses débuts au Royal Opera House de Londres dans le Dancaïre de Carmen et chanté le rôle de Tarquinius du Rape of Lucretia au Grand Théâtre de Tours, Pelléas à Moscou, Gardefeu de La vie parisienne à Lyon, Marcello dans La bohème à Avignon, Roméo et Juliette de Dusapin à l'Opéra Comique, Demetrius du Midsummer Night's Dream à Nancy, Caen et Toulon, et Frère Bernard dans Saint François d'Assise à la Salle Pleyel. Plus récemment, il était Henri de Valois du Roi malgré lui à Lyon et à l'Opéra Comique, Pelléas à Düsseldorf et Rouen, Clavaroche dans Fortuni. Il a participé aux Boulingrins de Aperghis à l'Opéra Comique, et a chanté le rôle-titre d'Hamlet et Marcello de La bohème à Saint-Etienne. Tout récemment il était Mârouf dans la production de Jérôme Deschamps à l'opéra comique de Paris.

En projet : Malatesta (Don Pasquale) au Grand Théâtre de Tours, Figaro (Il Barbiere di Siviglia) à l'Opéra de Vichy, Gardefeu (La vie parisienne) à l'Opéra de Lyon.

 


Gilles Bugeaud baryton

La Belle Hélène


Gilles-Bugeaud2-redParallèlement à ses études de chant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Gilles Bugeaud acquiert sa formation théâtrale auprès de Maurice Sarrazin. Passionné par les deux disciplines, il n'aura de cesse de les faire se rencontrer à travers ses choix d'interprète ou ses créations d'auteur. Dès la sortie du Conservatoire,il crée un trio comique, "La Troisième Ligne" et un one man show musical intitulé "J'ai mangé ma fourchette". Comme interprète, il chante un répertoire varié qui va de Jacques Offenbach à Léonard Bernstein en passant par Rossini et Kurt Weill. Il travaille notamment sous la direction de Mireille Larroche, M.Leiser et P.Caurier, Philippe Hui, Dominique My, Eric Krüger, Stephan Druet, Bernard Tétu ou Charlotte Nessi. Engagé régulièrement par la Cie des Brigands, on a pu le voir interpréter les premiers rôles dans "Ta bouche", "Toi, c'est Moi", "Arsène Lupin" et  "Phi-Phi". Fidèle interprète du metteur en scène Jean Lacornerie, il participe à plusieurs spectacles de comédies musicales américaines dont "Sérenade électorale" de Georges Gershwin; mais aussi, "Happy End", "Mahagonny","Signé Vénus" et "Lady in the dark" de Kurt Weill, et, dernièrement, "Bells are ringing" de Jules Styne.

Il est engagé par Jean-Michel Ribes pour jouer "René l'énervé" sur scène et "Brèves de comptoir" au cinéma. Avec Pierre Méchanick, il écrit "Café Allais", Opéra fumiste d'après les textes d'Alphonse Allais, sur une musique originale de Nicolas Ducloux.



Pierre Catala ténor

Trom-Bal-Ca-Zar

IMG 6032En 1980, Pierre Catala obtient les premiers prix de chant, d'art lyrique et de comédie au Conservatoire National de Région de Toulouse. Dès cette époque, il est engagé par le théâtre du Capitole de Toulouse et, parallèlement à ses activités à la radio, s'y produit dans de nombreux ouvrages : après ses débuts très remarqués dans le rôle de Sièbel dans Faust à la Halle aux Grains sous la direction de Michel Plasson (spectacle retransmis par la télévision), il chante notamment le Berger de Mireille, Basilio des Noces de Figaro et le Premier Chevalier de Parsifal dans une mise en scène de Jean-Pierre Ponnelle. En 1984, une bourse étude du Ministère de la Culture lui permet d'entrer à la prestigieuse Juilliard School de New York. A son retour de New York, il est remarqué par Jacques Martin qui met alors en scène La belle Hélène d'Offenbach au Théâtre de Paris. Pierre Catala y interprétera pendant toute la saison 1986-87 le rôle de Pâris aux côtés de Gabriel Bacquier et Jacques Martin. Dès l'année suivante, il interprète sur la même scène le rôle principal d'un autre opéra-bouffe d'Offenbach, Le Pont des Soupirs, dans une mise en scène de Jean-Michel Ribes. Ce spectacle, cité aux « Molière », tiendra l'affiche pendant un an et sera également télévisé. Depuis cette période, Pierre Catala chante tous les rôles du répertoire de ténor lyrique-léger en France et à l'étranger. En 1999, il a été nommé professeur de chant au Conservatoire Francis Poulenc de XVIème arrondissement de Paris.



Julie Cavalli soprano

La Belle Hélène

Julie-CavalliNée à la Chaux-de-Fonds et issue d'une famille de mélomanes, elle commencera l'apprentissage du violon à l'âge de six ans, puis s'intéressera au chant par la suite. Son parcours l'amènera à participer à diverses productions dans le domaine des choeurs d'opéra, au Festival d'Avenches ainsi qu'à l'Opéra de Lausanne. En parallèle, elle chante le Stabat Mater de Pergolèse dans divers lieux de culte romand ou encore le Laudate Dominum de Mozart au Théâtre de L'Heure Bleue, à la Chaux-de-Fonds. C'est en 2010 qu'elle entreprend des études supérieures de musique et entre à la Haute Ecole Musique de Genève, site de Neuchâtel, dans la classe de Jeanne Roth où elle obtiendra son Bachelor en 2013. Ces années d'études lui permettront de multiplier les expériences dans le domaine de la musique de chambre et dans des productions d'opéras, comme par exemple, le rôle de Lucille dans Les Fêtes Vénitiennes d'André Campra ou encore le rôle de Polly Peachum dans Die Dreigroschen opéra de Kurt Weill. Elle se perfectionnera par ailleurs dans les cours de maître de François Le Roux, Alain Garichot, Luisa Castellani, Stuart Patterson, Gilles Cachemaille entre autre. Actuellement en 2e année de Master d'interprétation à la HEM, elle travaille sur le projet d'une création, L'échappée Belle, mêlant des oeuvres de divers compositeurs français et mis en scène par Yves Coudray. Elle sera Servilia dans La Clémence de Titus en février 2016 pour l'Opéra'621 à Guin et Micaëla dans une création autour de Carmen fin 2016.


Marine Chagnon mezzo soprano

Les trois baisers du diable

Marine Chagnon-redMarine Chagnon, chanteuse de 24 ans, a déjà derrière elle de nombreuses apparitions publiques. Formée au  Conservatoire Régional de Paris, elle en sort, en juin 2013, diplômée d’un prix de chant  à l’unanimité. Actuellement, elle se spécialise en musique ancienne auprès d’Isabelle Poulenard et Stéphane Fuget, et continue sa formation lyrique au CRR de Boulogne-Billancourt avec Esthel Durand. En parallèle, Marine se perfectionne auprès d’Elène Golgevit, et suit des classes de maîtres tels que Christine Schweitzer, Erika Guiomar, Dalton Baldwin, Lorraine Nubar, Roman Trekel, Mireille Delunsch…

Cette jeune mezzo-soprano chante la Tasse Chinoise et la Chatte dans l’Enfant et les Sortilèges dans une tournée en Asie et au Costa Rica (dont l’Opéra national de San José) puis au Théâtre du Châtelet dans le cadre des « Concerts Tôt ». Elle participe en tant que soliste à une adaptation scénique du « Requiem » de G. Verdi  dans différents théâtres parisiens, puis à l’Amphithéâtre de l’Opéra de Paris.  Elle devient la Première Fille du Rhin  auprès de Bo Skovhus dans la création mondiale « Siegfried Nocturne » de M. Jarrell à la Comédie de Genève (Suisse) puis dans le cadre d’un concert caritatif, elle est soliste dans le « Gloria » de A. Vivaldi auprès du contre-ténor Philippe Jaroussky  et incarne quelques mois plus tard le rôle de Dido dans «Dido & AEneas » de H. Purcell (dir : R. Dumas) au Temple de Pentemont. Après avoir été invitée par l’Académie Musicale de Villecroze pour participer à la classe de maître de Jean-Philippe Lafont, Marine est sélectionnée  par l’Académie de Royaumont pour participer à  une master-class donnée par Mireille Delunsch et Emmanuel Olivier. Par la suite, elle est Barbarina dans « Le Nozze di Figaro » de W.A.Mozart (dir : Julian Smith, mes : C. Agnello) à l’Opéra d’Oradea en Roumanie, puis participe à  l’atelier d’interprétation de « Il viaggio a Reims » de G. Rossini (dir : C. de Aragon, mes : S. Grögler) pour le rôle de Maddalena et Delia à l’Abbaye de Royaumont. Elle est invitée dans un festival en Sicile pour chanter Lola dans « Cavalleria Rusticana » de Mascagni, rôle qu’elle reprendra quelques mois plus tard à Paris accompagnée par l’orchestre Ut Cinquième sous la baguette de Romain Dumas. En 2016, Marine travaille avec l’ensemble La Fenice (Jean Tubery) sur un répertoire de musique italienne du XVIIième siècle, interprète la Fortuna dans « Il Ritorno dUlisse in Patria » de C. Monteverdi sous la direction de Stéphane Fuget, puis change de costume pour devenir Nancy dans « Albert Herring » de B. Britten, dirigé par Javier Gonzáles Novales et mis en scène par Yves Coudray. Elle est lauréate de l’Académie des Frivolités Parisiennes pour la saison 2016/2017.

Marine fera ses débuts à l’Opéra de Dijon en septembre 2017 dans le rôle d’Euridice de l’«Orfeo » de C. Monteverdi, avec l’ensemble Les Traversées Baroques et dans une mise en scène dYves Lenoir. Ses projets futurs seront mozartiens avec Cherubino des « Nozze di Figaro » dans la prochaine mise en scène de Mireille Delunsch, et Annio de «La Clemenza di Tito », production qui prendra sa place dans la saison 2016/2017 de l’Opéra de Dijon. Elle sera aussi Celso dans « Il Tito » de Cesti, sous la direction de Stéphane Fuget, ainsi qu’une des compagnes de « Der Zwerg » de Zemlinsky à l’Opéra de Lille et de Rennes.



Florent Chappel baryton

La Belle Hélène

Florent DSC0169-redArtiste polyvalent, Florent Chappel s'initie très tôt à la musique avec une formation de pianiste, puis une formation de chanteur lyrique dans divers conservatoires parisiens. Passionné par le spectacle vivant, il suit en parallèle une formation de comédien au conservatoire du huitième arrondissement à Paris. Sa pratique du chant lyrique l'a amené à se produire dans de nombreux concerts dans des choeurs et en tant que soliste. Il a ainsi tenu plusieurs rôles dans des versions scéniques d'opérettes ou d'opéras tels L'Etoile de Chabrier, Alceste de Lully et tout récemment La Belle Hélène d'Offenbach (rôle d'Agamemnon) et Madame Butterfly (rôle de Yakusidé). Au théâtre, il combine un rôle d'acteur et de musicien (chanteur et/ou pianiste), notamment dans une adaptation de la tragédie Les bacchantes d'Euripide qui s'est jouée au Théâtre de Verre à Paris, dans la création du spectacle Mozart 1789 joué à la Pépinière Théâtre à Paris, ou encore dans le spectacle de théâtre musical Zobar, une épopée musicale tsigane créée au Vingtième Théâtre à Paris fin avril 2015.


Anaïs Constans soprano

Les trois baisers du diable


Anais Constans-redAnaïs Constans est diplômée du CRR de Toulouse (Classe de Jacques Schwarz), et licenciée en musicologie. Pendant les saisons 2011/2012 et 2013 elle poursuit sa formation professionnelle au CNIPAL à Marseille. Depuis, elle se perfectionne auprès de Claudine Ducret, Jean-Marc Bouget et Nino Pavlenichvili. En 2012, elle voit son talent récompensé par les 3e Grand Prix Femme et le Prix du Public au Concours International de Toulouse. Elle remporte par ailleurs en 2013 le 1er Prix et le Prix Jeune Espoir au Concours International de Mâcon, et en 2014, le 3e Prix au Concours International Operalia ainsi que le 3e Prix ex-aequo du Concours International Montserrat Caballé ; En 2015 elle remporte le prix mélodie/lieder au concours musical international de Montréal et le 1er prix au concours Toulouse mélodie française. Elle représente la France au prestigieux concours BBC singer of the world à Cardiff en 2015. Anaïs Constans est nommée « Révélation Artiste Lyrique » aux victoires de la musique 2015.

Dès lors, sa carrière se développe et elle est engagée comme soliste dans de nombreux oratorios, notamment les Stabat Mater de Dvořak et Pergolèse, le Magnificat de Rutter, l’Oratorio de l’Ascension de Bach, Les dernières Paroles du Christ de Dubois, La petite Messe solennelle de Rossini, le Gloria de Poulenc, le Magnificat de Vivaldi, The Mass Of Children de Rutter ; dont certains sous la direction de chefs prestigieux comme Carmina Burana d’Orff sous la direction de Michel Piquemal, La messe du couronnement de Mozart sous la direction de Laurence Equilbey, La Passion selon Saint Jean de Bach sous la direction d’Anass Ismat, Le Requiem de Mozart sous la direction d’Hervé Niquet (Brussels Philharmonic) et Rani Calderon (Opéra National de Lorraine), La messe en ut de Beethoven sous la direction d’Alfonso Cagliani.

En 2015, elle a eu le plaisir de partager un récital Mozart avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse dirigé par Gilles Colliard, puis un autre récital Mozart avec L’Orchestre National du Capitole de Toulouse dirigé par Rinaldo Alessandrini. En 2016, un récital Canteloube, Les chants d’Auvergne, avec L’Orchestre de chambre de Toulouse et Gilles Colliard.

En Mars 2016, un récital donné au Musashino Hall de Tokyo avec le pianiste Masakatsu Nakano puis au festival d’Essaouira.

A l’opéra, on peut notamment l’entendre dans Orphée aux enfers et La belle Hélène au festival des châteaux de Bruniquel, puis à l’Opéra de Marseille dans La Chartreuse de Parme de Sauguet, Le Feu dans l’enfant et les sortilèges de Ravel au Théâtre du Capitole de Toulouse, Miss Ellen dans Lakmé de Delibes à l’opéra de Saint-Etienne, Pauline dans La Vie Parisienne d’Offenbach à l’opéra de Toulon, Pisana dans I Due Foscari de Verdi au Théâtre du Capitole à Toulouse, Musetta dans La Boheme de Puccini au Festival de Gattières, Nannette dans Falstaff de Verdi au Festival de Saint Céré, La voix céleste dans Don Carlo à l’Opéra de Bordeaux, Diane dans Orphée aux enfers d’Offenbach à l’Opéra de Nancy et à l’Opéra de Nantes /Angers, Berta dans Il barbiere di Siviglia de Rossini à l’Opéra de Paris.

Prochainement elle sera Miss Ellen dans Lakmé de Delibes à l’Opéra de Marseille, le Pâtre dans Tannhaüser de Wagner à l’Opéra de Monte Carlo, Lauretta dans Gianni Schicchi de Puccini lors d’une tournée en France avec la Compagnie Les Brigands. Elle sera en concert cet été aux côtés du prestigieux guitariste Thibault Garcia dans le cadre du Festival Toulouse d’été pour un récital espagnol.

En 2018 elle sera Micaela au Théâtre du Capitole de Toulouse, elle donnera un récital Gounod au Palazzetto Bru Zane de Venise.



Christophe Cosquéric


Artiste peintre

Sculpteur

Illustrateur

FullSizeRenderChristophe est né en 1970 à Sainte Adresse (Seine maritime), commune où il réside toujours aujourd'hui, dans une demeure familiale abritant son coin de paradis, jardin et atelier d'été. Il a quatorze ans quand il se met à la peinture et au dessin. Il débute sa carrière de peintre en autodidacte d'une formidable candeur et, en adepte du surréalisme, il se dégage de ses oeuvres une fraîcheur d'expression, découlant du regard intérieur. Ses premiers travaux sont pour l'essentiel des peintures figuratives représentant des lieux qu'il connait bien : Yport, Etretat et Montivilliers, où il expose régulièrement. Ses sculptures, dans un esprit baroque, assemblent des éléments et des matériaux hétérogènes, jusqu'au "bois flotté", très prisé de nos jours en décoration. Sa notoriété s'accroit avec les années et participe à la culture locale en formant jeunes et adultes aux arts plastiques, notamment à Gonfreville l'Orcher. Depuis quelques années, il exerce son art sur les vitrines des commerçants de la région à l'occasion du Festival Offenbach d'Etretat dont on fêtera cette année, le 10e anniversaire.


 

Yves Coudray ténor

 

Directeur Artistique

Mise en Scène

Les deux chanteurs sans place

L'Ile de Tulipatan

Dragonette

Monsieur Choufleuri restera chez lui le...

La leçon de chant électro-magnétique 

Le diable boiteux 


YC TULIPYves Coudray débute sa carrière à l'âge de sept ans grâce à Yves Allégret qui le choisit pour incarner le rôle principal de son feuilleton télévisé Graine d'Ortie. Pendant dix ans, il jouera aux côtés d'acteurs tels que Jean Piat, Pierre Fresnay, Jacques Weber, Carole Bouquet, Jean Carmet... tant à la télévision qu'au cinéma ou au théâtre dans un répertoire allant d'Aristophane à Brecht en passant par Pirandello, Roussin ou Feydeau.

Admis au CNSM de Paris l'année de ses dix-huit ans, Yves Coudray entame dès lors une carrière de chanteur aussi riche que diverse. Sur scène il a interprété plus d'une douzaine d'ouvrages d'Offenbach (dont les rôles principaux de La Périchole, Les Brigands, Le Pont des Soupirs mis en scène par Jean-Michel Ribes et Orphée aux Enfers à Genève mis en scène de Laurent Pelly et dirigée par Marc Minkovski), mais il sert aussi Mozart, Rossini, Britten, et Massenet. Il se produit également en récital et en concert (Davidde Penitente de Mozart, Renard de Stravinsky avec les ensembles Muzicatreize et Erwartung, Les Illuminations et la Serenade de Britten, avec l'orchestre PACA sous la direction de Michel Béroff). La création contemporaine (Claude Prey, Graciane Finzi, et L'Epouse Injustement Soupçonnée de Valérie Stéphan mis en scène par Jacques Nichet) et la musique ancienne font également partie de son répertoire (Charpentier avec les Arts Florissants, Richafort, Carissimi, Bach ou plus récemment Delalande et Lully avec Le Bourgeois Gentilhomme enregistré à Versailles pour les disques Accord-Universal avec la Simphonie du Marais). Sous l'égide de Jacqueline Robin, il forme, depuis 1995, un duo avec la pianiste Diane Lemoine. On a pu les entendre en octobre dans un récital Schumann.

Engagé par les opéras de Genève, Marseille, Bordeaux, Rouen, Nancy, Toulouse, Metz et Lausanne, il participe aussi aux festivals d'Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne.

Depuis quelques années, parallèlement à sa carrière d'interprète, Yves Coudray aborde la mise en scène. Invité régulier du Centre de Formation Lyrique de l'Opéra de Paris pendant cinq ans, il y dirige des extraits des grandes œuvres du répertoire (Werther, Guerre et Paix, Eugène Onéguine...) et y conçoit des spectacles originaux dont Prochain Arrêt mêlant des extraits d'opérette et d'opéras-comiques français, spectacle régulièrement repris depuis. En 2002 il est invité à Colmar pour La Voix Humaine. Cette même année, il est à l'origine de la reprise d'un opéra-comique de Philidor, Les Femmes Vengées, qu'il met en scène et chante. Il a également enseigné la diction et l'interprétation du répertoire français à l'Université de Peperdine en Californie dans un programme d'été destiné aux jeunes chanteurs américains.

Son parcours de metteur en scène l'a déjà mené au Liceu de Barcelone pour diriger Steven Cole dans son récital Animals Big and Small et à San Francisco, New York et Boston pour la création mondiale de Lamentations and Praises, drame liturgique de sir John Taverner avec l'ensemble Chanticleer et la Handel & Haydn Society of Boston.

Récemment, Yves Coudray a mis en scène Orphée aux enfers pour le C.N.I.P.A.L., ainsi que L'Elixir d'Amour donné dans une adaptation française au théâtre de la Reine Blanche à Paris et en tournée. Il a également signé la mise en espace de la rare Salammbò de Reyer pour le centenaire de la mort du compositeur à l'Opéra de Marseille. Après sa création au festival d'Avignon puis au théâtre du Ranelagh, sa pièce L'oiseau rare est en tournée, dans une mise en scène de Caroline Loeb.

La saison dernière il a signé une mise en scène de La Belle Hélène, la reprise, en co-réalisation avec Renée Auphan, de Manon de Massenet à Nantes et Angers, puis une nouvelle production de Manon Lescaut de Puccini et la mise en espace d'Attila de Verdi à l'Opéra de Marseille. En novembre 2010, il était à l'opéra de Nice pour une mise en espace de Fidelio. Cet été a mis en scène Vent du Soir au Festival Offenbach d'Etretat dont il est le directeur artistique.

Après la Damnation de Faust en 2011, il retourne à Nice cette saison pour Une petite flûte enchantée dont il signe également l'adaptation en français, et à Marseille pour chanter et mettre en scène Un soir de réveillon de Raoul Moretti.

Il chantera John Styx dans Orphée aux enfers l'Opéra de Marseille en décembre.


Ronan Debois baryton

Le diable boiteux 


ronan-deboisbAprès avoir obtenu un premier prix au CNR de Rennes, il entre en 2004 au CNSM de Paris, dans la classe d'Isabelle Guillaud. Il est ensuite pensionnaire du CNIPAL en 2008-2009 et fera partie de la première académie de l'Opéra Comique en 2013.

Il fait ses débuts à l'Opéra de Rennes dans les rôles de Silvano dans Un Ballo in Maschera de Verdi, Yamadori dans Madama Butterfly de Puccini (rôle repris à l’Opéra de Rouen) et Ben dans Le Téléphone de Menotti. Depuis on a pu l'entendre dans Malatesta de Don Pasquale à Monaco, Figaro des Noces de Figaro à Bastia, Mr Smith dans La Cantatrice Chauve de Gérard Calvi à l’Opéra National de Montpellier, Le précepteur dans Les Brigands d’Offenbach (m.e. s. Jérôme Deschamps) à Bordeaux, Toulon, Luxembourg et à l’Opéra Comique. Il interprète Jean-Paul Levy dans O Mon Bel Inconnu de R. Hahn pour ses débuts à l'Opéra de Metz où il retournera pour La Chouette Enrhumée de Gérard Condé dont il tient l'un des rôles principaux (Le Grand Moâ). Il est également Ramiro dans L'Heure Espagnole sous la houlette de Jeff Cohen et François Le Roux, et Presto dans Les Mamelles de Tirésias dans le cadre de l'Académie d'Aix-en-Provence en juin 2013 - repris l'année suivante à la Monnaie de Bruxelles.

Plus récemment, il a chanté la Sorcière et le Marin dans Didon et Enée à l'Opéra Royal de Versailles avec le Poème Harmonique dirigé par Vincent Dumestre, et Rigobert dans Les mousquetaires au couvent (mise en scène de Jérôme Deschamps) à l'Opéra Comique. Il y a repris le rôle de Roger dans Ciboulette de R. Hahn (mise en scène : Michel Fau, direction : Laurence Equilbey)

En 2016, il participe à la création du web-opéra de Marc-Olivier Dupin et Ivan Grinberg, Le mystère de l’écureuil bleu, pour l’Opéra Comique, et, en décembre, il était Tairapa dans L’île du rêve de R. Hahn au Théâtre de Athénée-Louis-Jouvet à Paris.

Ronan Debois a été distingué comme Révélation Lyrique 2008 de l’ADAMI.



Ensemble A Six Cuivres

IMG 9601Un peu d'histoire...

Crée en 2000 le sextuor « A six cuivres »est une formation novatrice en France.En effet la petite formation « cuivre » la plus courante de notre paysage musical reste le quintette de cuivres traditionnel ( 2 trompettes, cor, trombone, tuba).

L'idée de cet ensemble est de proposer et de promouvoir une nouvelle sonorité des cuivres par une nomenclature différente : 2 cornets à pistons, saxhorn alto, trombone, euphonium, tuba.

Il est constitué en partie d'instruments (cornet à pistons, euphonium, saxhorn alto) qui ont connu leurs heures de gloire au sein des orchestres d'harmonie du siècle dernier mais qui ont disparu peu à peu de notre patrimoine.

Depuis l'arrivée du courant Brass Band en France ces instruments connaissent un nouveau « souffle » et l'ensemble s'attache à les promouvoir autour d'un répertoire diversifié lors de nombreux concerts et manifestations.

Composé de musiciens enseignant dans les différents conservatoires de la région Normande le sextuor « A six cuivres » vous fera découvrir une nouvelle alchimie sonore lors d'un agréable voyage musical à travers les époques...

 


Flore Fruchart mezzo-soprano

La Belle Hélène


 MG 5205-redFlore Fruchart fait ses débuts sur scène en tant que mezzo-soprano à l'âge de quinze ans. Poursuivant plusieurs formations de front, elle obtient, après un diplôme d'Etat en Danse Classique et un master en biologie, son DEM en chant lyrique au Conservatoire de Pantin. Elle participe régulièrement à de nombreuses master classes (Robert Expert, Pierre Kuzor, Yves Coudray, Carmelo Agnello, Antoine Palloc, Thomas Palmer).

Rapidement, elle chante dans de nombreuses productions : La Belle Hélène (Offenbach), Aïda (Verdi), Orphée et Eurydice (Gluck), Les Contes d'Hoffmann (Offenbach), Don Giovanni (Mozart), La Flûte Enchantée (Mozart), Carmen (Bizet) et interprète Proserpine dans Alceste (Lully), Aloès dans L'Etoile (Chabrier) et Chérubin dans Les Noces de Figaro (Mozart).

Curieuse d'explorer son paysage vocal, elle chante aussi de l'opérette (rôle de Georges de Planteville dans Bagatelle d'Offenbach), de l'Oratorio (Petite messe solennelle de Rossini, Gloria RV 589 de Vivaldi) et de la musique contemporaine (John Cage). Elle est actuellement chanteuse et comédienne dans des spectacles d'éveil lyrique pour enfants avec la compagnie Minute Papillon ! et donne régulièrement des récitals autour des rôles féminins/masculins dans le répertoire de mezzo, allant de la musique baroque à la comédie musicale.

Elle a co-fondé le Quatuor Ariane en 2013 avec lequel elle donne de nombreux récitals mis en espace.

Elle enseigne aussi la danse classique à l'Ecole de Comédie Musicale de Paris.



Christophe Gerault ténor

Pomme d'Api

christophe0002D'origine angevine, Christophe Gérault entame son parcours musical en étudiant l'orgue et le chant au sein du chœur de la Maîtrise de la Cathédrale d'Angers. Après des études au Conservatoire d'Angers, il intègre le cycle supérieur de la Royal Academy of Music de Londres où il aborde les rôles de Fenton (Falstaff de Verdi), l'Arithmétique (L'enfant et les sortilèges de Ravel) et der Knirps, ein Musiker (Das Wundertheater de Henze). Il sera diplômé du Postgraduate Diploma, en 2004. Il intègre ensuite l'Opéra Studio de Flandre (Belgique) où il chante Orfeo (Euridice de Caccini) et Ein Soldat (Der Kaiser von Atlantis de Ullmann). Parallèlement, l'occasion lui sera donnée d'incarner Tom Rakewell dans une série de représentations du Rake's Progress de Stravinsky en mai 2007 à Gand. Il a également chanté le rôle titre d'Albert Herring de Britten pour la saison musicale 2003 à l'opéra de Baugé (France), ainsi qu'une série de représentations de La Senna Festeggiante de Vivaldi au festival d'Utrecht, sous la direction de Eduardo Lopez. Cette saison Christophe Gérault sera de nouveau en Belgique pour une production de scènes d'opéra avec le Collegium Instrumental de Bruges et l'Opéra Studio de Flandre ainsi qu'en avril prochain pour une production à l'opéra de la Monnaie en collaboration avec la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

En novembre 2009, il était à Londres pour un récital de mélodies et lieder avec le pianiste Graham Johnson.



Carl Ghazarossian ténor

Vent du Soir

IMG 0140 1Né à Marseille, il est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et de la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Il remporte en 1998 le Prix du Public et le Prix de la Musique française au Concours Henri Sauguet de Martigues et en 2000, le Premier Prix au Concours de Vivonne ainsi que le Prix Francis Poulenc au Concours du Tryptique de Paris.

Depuis 2004, il se produit régulièrement sous la direction de Jean-Claude Malgoire, à l'Atelier Lyrique de Tourcoing mais aussi en tournée en France et en Allemagne : Don Basilio et Don Curzio dans le Nozze di Figaro dans la célèbre mise en scène de Pierre Constant et Bastien dans Bastien et Bastienne, Eurimaco dans Il Ritorno d'Ulisse in Patria et Pastor 2 et Spirito 2 dans L'Orfeo de Monteverdi. Son interprétation d'Idamante dans Idoménée de Campra et Idomeneo de Mozart, sous la direction de ce chef, a été unanimement saluée par la critique.

Il chante également en soliste dans les grandes salles parisiennes et européennes : Théâtre des Champs-Elysées, Théâtre du Châtelet, Théâtre de l'Athénée, Cité de la Musique, Opéra de Rennes, Théâtre Impérial de Compiègne, Théâtre de Caen, Opéra de Vichy, Palau de la Musica de Valencia, Sociedad Filarmonica de Bilbao, Théâtre de Wiesbaden. Il travaille notamment sous la direction de Dominique Trottein, Joël Suhubiette, Benjamin Lévy, Nicolas Krüger, Dominique Daigremont, Philippe Hui, Hugo Reyne, Martin Gester, Claire Bodin, Graziella Contratto, Gilbert Bezzina, Jean-Christophe Spinosi et William Christie.

Interprète privilégié de l'Opéra comique, l'Opérette et la Comédie musicale, il incarne, chez Offenbach, Achille dans La belle Hélène en tournée nationale, Babylas dans M. Choufleuri restera chez lui au Festival Off and Back de Venelles et Frontignac dans La Créole à Tourcoing et à La Réunion, sous la direction de Malgoire et dans une mise en scène de Christian Schiaretti. On a pu l'entendre dans Le Président des Femmes vengées de Philidor au Festival de Musiques en Vendée sous la direction d'Hugo Reyne et dans une mise en scène d'Yves Coudray, Jean dans Jean de Paris de Boieldieu au Théâtre Impérial de Compiègne et Bob dans Toi c'est moi de Moïse Simons avec la Compagnie Les Brigands.

En 2005, Marc Minkowski l'invite à se produire au Grosses Festspielhaus de Salzbourg dans le rôle de Corydon dans Acis and Galatea de Haendel, lors du Festival de Pentecôte. Depuis, il est l'invité de nombreux festivals : Festival de Saint-Céré, Musique Baroque en Vendée, Festival de Venelles, Festival de Rheingau, Festival d'Ambronay, Festwochen der Alten Musik d'Innsbruck, Festival de La Chaise Dieu.

En 2007, Carl GHAZAROSSIAN a fait ses débuts au Festival d'Aix-en-Provence dans une ultime reprise de la célèbre production de L'Orfeo (Pastor 3 et Spirito 3) de Monteverdi dirigée par René Jacobs et mise en scène par Trisha Brown. A l'Abbaye de Royaumont il a interprété le rôle de Caio dans Ottone in Villa de Vivaldi sous la direction de Florence Malgoire, dans une mise en espace de Gérard Lesne et, à Nice, Oloferne dans La Giuditta de Scarlatti sous la direction de Gilbert Bezzina, dans une mise en espace de Gilbert Blin. Sous la direction de Martin Gester, il vient d'incarner Filippo dans l'Infedeltà delusa de Haydn. En 2008, il débute à l'Opéra de Lille dans Le Nozze di Figaro (rôle de Don Curzio) avec Emmanuelle Haïm à la baguette et Jean-François Sivadier à la mise en scène. Ce spectacle est repris au Théâtre des Champs-Elysées en version de concert. Plus récemment, il incarne Vulcain dans Psyché de Molière et Lully à l'Opéra de Toulon et à l'Opéra National de Montpellier et interprète pour la première fois le rôle-titre de L'Orfeo de Monteverdi au Kunstfestspiele Herrenhausen de Hanovre.

En 2011, il a chanté le rôle de Lurcanio dans Ariodante de Haendel en tournée en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg et a débuté au Nye Opera de Bergen en Norvège dans les quatre rôles comiques des Contes d'Hoffmann. Lors de la saison 2011/2012, on pourra également l'entendre à l'Opéra d'Avignon, à l'Opéra de Massy et à l'Opéra de Vichy dans Le Nozze di Figaro, ainsi qu'à Berlin dans Eliogabalo de Cavalli (rôle de Zotico).

Sa discographie comprend l'Orfeo de Monteverdi en DVD sous la direction de Jean-Claude Malgoire, La Giuditta de Scarlatti avec l'Ensemble baroque de Nice, le Motet pour une longue Offrande sous la direction de William Christie et Toi c'est moi de M. Simons.


Anne-Marie Gros

Chorégraphe

Anne Marie GrosDanseuse et comédienne, Anne Marie Gros débute sa carrière dans le film de Coline Serreau « Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ? » et entame là une carrière qui ne dissociera plus le mouvement de la comédie.

Elle débute comme chorégraphe au Festival de Radio France à Montpellier dans « Ariane à Naxos » de Richard Strauss. Comme metteur en scène ou chorégraphe, elle aborde tous les répertoires : de l'Opéra (Volksoper de Vienne, Stadtoper de Berlin, Grand Théâtre de Genève, Opéra Comique, Théâtre de Champs-Élysées) ; au théâtre musical (Compagnie Fracasse, Michel Legrand aux Bouffes Parisiens Péniche Opéra, en passant par le spectacle de chansons et instruments (Les Désaxés, Indigo, Anne Baquet, Mnozil Brass...). Elle vient de terminer une production d'Ariane à Naxos à Baden-Baden sous la direction de M. Thielemann et avec Renée Flemming et Sophie Koch. Très concernée par la pédagogie et la transmission, elle intervient dans des institutions comme le centre de formation lyrique de l'opéra Bastille, le CFMI de Tours. Elle collabore depuis plus de dix ans avec le CREA d'Aulnay sous Bois en tant que chorégraphe et metteur en scène.

 


Philippe Hui

Chef d'orchestre

L'Île de Tulipatan

Dragonette

Fleurette

La Belle Hélène

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

Philippe HuiAprès des études de piano et d'alto, Philippe Hui intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris - où il effectue notamment une Masterclass avec Pierre Boulez – et y obtient un 1er prix de Direction d'Orchestre qu'il complète d'un Diplôme d'Ingénieur de la Formation Supérieure aux Métiers du Son.

Afin d'enrichir son parcours, Philippe Hui est longtemps à la tête d'orchestres de jeunes tel que l'Orchestre Régional des Jeunes de Haute-Normandie de 1990 à 1998.

Il est Chef Assistant à l'Orchestre de Bretagne durant la saison 1993/1994 puis Responsable Musical de l'Opéra de Tours de 1994 à 1998. En 2000, il fonde l'Atelier Lyrique de Haute-Normandie dont il est le Directeur artistique jusqu'en 2009.

En 2001, James Conlon le remarque et l'invite à devenir son assistant à l'Opéra National de Paris ; depuis cette date, Philippe Hui y collabore régulièrement. Il est également intervenu au Centre de Formation Lyrique de l'Opéra de Paris.

Sa carrière le conduit à s'intéresser à tous les genres (symphonique, oratorio, ballet, ...) avec une prédilection pour le lyrique. Il mène en parallèle, avec l'Université de Rouen, un travail de recherche et de recréation d'opéras-comiques du patrimoine français du XVIIIème siècle. Il est par ailleurs le directeur musical de l'Institut Franz Schreker fondé en 2008.

Philippe Hui est invité par de nombreuses scènes en France (Théâtre des Champs-Élysées, Opéra-Comique de Paris, Centre Lyrique d'Auvergne, au Festival de Loches, aux Opéras de Tours, Reims, Limoges, Metz, Avignon, Toulon, Rennes,...) et à l'étranger (Berne, Aarau, Berlin, Francfort, Hanovre, Festival de Nuremberg, Festival International de Baalbeck au Liban ...). Il y dirige notamment un grand nombre d'ouvrages dont : L'enlèvement au sérail, La Veuve Joyeuse, La fille mal gardée, Roméo et Juliette (Prokoviev), Casse-Noisette, La Voix Humaine, La Belle Hélène, Carmen, La Vie Parisienne, La passion selon Saint-Jean, Orphée aux enfers, Le Petit Ramoneur de B. Britten qu'il enregistre avec Lambert Wilson dans le rôle du récitant,...

Philippe Hui a travaillé avec l'Orchestre National de Lorraine, l'Orchestre de Bretagne, l'Orchestre de Picardie..., et collabore très régulièrement avec des ensembles comme la Maîtrise des Hauts-de-Seine.

En 2005, il dirige, au pied levé, Le Barbier de Séville à l'Opéra National de Paris. De 2005 à 2008, Philippe Hui assure la direction musicale du Festival « Opéras en plein air » : La Traviata, La Flûte Enchantée, Le Barbier de Séville et Les Contes d'Hoffmann.

Au cours de la saison 2006/2007, il est à nouveau invité par l'Opéra de Paris pour la direction des représentations d'un ballet. Puis Jorge Zulueta, compositeur argentin, lui confie la reprise de son opéra Un tango pour Monsieur Lautrec.

En 2008 et 2009, Philippe Hui a dirigé plusieurs ballets à l'Opéra National de Paris (dont Orphée et Eurydice de Gluck, chorégraphie de Pina Bausch, - pour lequel il a également assuré la tournée en Allemagne fin 2008) ainsi que L'Arche de Noë et Le Petit Ramoneur, opéras de Britten au Théâtre des Champs-Elysées à Paris.

Fin 2009, il retrouve le Théâtre des Champs-Elysées pour un concert composé d'œuvres de Franz Schreker, entamant ainsi une relation suivie avec l'orchestre Pasdeloup qu'il retrouvera depuis à l'occasion de chaque saison dans le répertoire symphonique. Il est invité régulièrement par l'Opéra de Metz où il dirigera le Sacre du Printemps dans la saison 2012-2013.

L'Opéra National de Paris lui confie la direction d'Idoménée de Mozart en février 2010 ainsi que celle du ballet Paquita pour la saison 2010/2011. Il retrouvera l'Opéra de Paris pour la saison 2012-2013 à la tête du ballet La Sylphide.



 Quatuor à vent

Dragonette, Fleurette

La Belle Hélène

Monsieur Choufleuri restera chez lui le...

Stella Daoues (flûte) - Ambroise Dojat (basson) - Sonia Borhani (clarinette) - Benoît Hui (cor)


Sébastien Hurtaud violoncelliste

SebhurtaudSébastien Hurtaud est un violoncelliste à suivre qui a son propre style, énormément d'imagination dans l'élégance et la conduite du son (The Strad magazine). D’après le journal américain Fanfare Magazine, Sébastien Hurtaud a «l'aplomb d’un Rostropovitch et la virtuosité d’un Feuermann». Il a été récompensé à de nombreux concours internationaux pour violoncelle : 1er Prix du Concours International «Adam Cello Competition» de Nouvelle-Zélande ainsi que le 1er Prix de la meilleure interprétation des Suites de Bach, lauréat du concours Naumburg Foundation de New-York et du Concours Aldo Parisot en Corée du sud.

Sébastien Hurtaud est régulièrement invité à jouer avec de prestigieux orchestres notamment sous la direction de Werner Andreas Albert, Antoni Wit, Arie Van Beck, Edmon Colomer, etc... Soliste et chambriste invité (Europe, Asie, Océanie, USA), il est réclamé dans de prestigieuses salles, de nombreux Festivals et en tournées nationales.

Lors de ses études musicales, il a débuté au Conservatoire de La Rochelle dans la classe de Jacques Froger. Ce talentueux violoncelliste a obtenu les plus hautes distinctions de prestigieuses écoles (Schola Cantorum, CNSM de Paris, Royal Northern College of Music de Manchester). Il a participé à l’une des dernières Master-Class de Mistlav Rostropovitch et reçu les conseils d’Alexander Rudin, Raphael Sommer, Rena Scherechevskaïa, Karine Georgian, Andres Diaz, Jean-Marie Gamard, Erwan Fauré, Michel Strauss...

Aux Etats-Unis, il a été l’assistant de la classe d’Andres Diaz à l'Université SMU de Dallas et donne des Master-Class en Europe, aux USA, à l'Université Waikato en Nouvelle-Zélande, à l’Académie de Flaine Op.74 et Nancyphonies. Depuis Septembre 2014, il est professeur de violoncelle et de musique de chambre au Conservatoire International de Musique de Paris.

Sébastien Hurtaud est dédicataire de plusieurs œuvres en sonate et en trio dont le concerto Requiem écrit par le compositeur Gareth Farr en la mémoire des combattants de la première guerre mondiale. Son premier disque sorti début 2014 enregistré avec la pianiste Paméla Hurtado chez le label Naxos consacré au compositeur Paul Hindemith a reçu la reconnaissance de la presse.

Sebastien Hurtaud est invité à se produire prochainement à Malte, Londres, Aukland, Wellington, Laon, Paris, etc...


Marie Kalinine mezzo-soprano


La Belle Hélène

Marie Kalinine mezzo-soprano 2Née à Paris dans une famille de mélomanes, Marie Kalinine se découvre très tôt une passion pour la musique : elle décide, dès l'âge de dix ans, qu'elle sera chanteuse d'opéra !

Après sa sortie de la Maîtrise de Radio France, la grande soprano française Christiane Eda-Pierre lui enseigne les bases d'une technique vocale solide, puis elle complète sa formation au Conservatoire Supérieur de Paris, aux Jeunes voix du Rhin et au CNIPAL de Marseille.

Très rapidement , elle est remarquée par Eve Ruggieri, qui la choisit pour être Carmen dans ses festivals Musiques au Coeur d'Antibes et de Lacoste, et l'invite à se produire dans son émission sur France2, en tant que "révélation de l'année".

Dès lors, Marie Kalinine entame une carrière sous le signe des grands rôles tragiques pour lesquels elle est régulièrement saluée par la presse. On apprécie régulièrement la richesse de son timbre chaud et sombre, servi par une force et une intelligence dramatiques qui font parler d'elle en des termes flamboyants : "chanteuse incandescente", "volcan scénique", "tempéremment qui brûle les planches".

C'est donc tout naturellement que les héroïnes à fort caractère remplissent ses saisons théâtrales déesses maléfiques, magiciennes guerrières, amoureuses désespérées, femmes à libido débordante...

Elle se produit sur des scènes prestigieusestelles que le Festival d'Aix-en-Provence, l'Opéra de Nice, le Théâtre du Châtelet, l'Opéra de Montpellier, l'Opéra Royal du Château de Versailles,la Villa Médicis à Rome, le Palazzetto Bru Zane à Venise, l'Opéra de Saint-Etienne (La Navarraise de Massenet, unanimement applaudie par la presse, et plus récemment Werther), l'Opéra Royal de Wallonie (Carmen, et Santuzza dans Cavalliera Rusticana, aux côtés de José Cura).

Son parcours l'amène à travailler et à enregistrer avec les plus grands chefs Hervé Niquet, Christophe Rousset, Alain Altinoglu, Paolo Arrivabeni, Laurent Campellone, Jean-Christophe Spinosi...et même Yvan Cassar, lors de la tournée C'est magnifique, où elle a eu le plaisir de chanter en duo avec Roberto Alagna.

... et quand elle ne chante pas, elle dessine (cf. son blog BD, "Chanteuse d'opéra ? C'est un métier, ça ?").



Joseph Kauzman Ténor

 

La Belle Hélène

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

Joseph Kauzman-72dpi



A commencé ses études de chant lyrique à l'Opéra du Caire en 2001. En 2007, après avoir fini ses études d'architecture au Caire, il poursuit ses études à l'Ecole Normale de Musique de Paris. Actuellement, il prépare son D.E.M. au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pantin. Il a participé à des master classes avec Patricia Petibon et Véronique Gens. Joseph a fait son début en décembre 2014 avec le rôle-titre dans une création de l'opéra "Le Philtre" d'Auber au Grand foyer de l'Opéra de Marseille.



Marc Labonnette baryton

Les trois baisers du diable


Marc Labonnette-redNé à Orléans, Marc Labonnette étudie au Conservatoire de sa ville natale le saxophone avant de se tourner vers le chant. Il rejoint ensuite le Conservatoire du VIIème arrondissement de Paris dont il sort récompensé du Premier Prix de la Ville de Paris à l’unanimité. Après deux ans passés au Centre de Musique Baroque de Versailles, il entre à la Guildhall School of Music & Drama à Londres. Il y obtient un Master avant de recevoir une bourse pour étudier à la Royal Scottish Academy of Music & Drama à Glasgow. Il se perfectionne aujourd’hui auprès de la basse Daniel Ottevaere. Il participe notamment aux Master-classes de Ruben Lifschitz, Graham Johnson, Thomas Allen, Malcolm Martineau, Francois Le Roux, Christa Ludwig, Edda Moser.

En 2004, il fait ses débuts à la scène avec Idoménée d’André Campra sous la direction de Jean-Claude Malgoire, il aborde ensuite des rôles tels que : le Comte de Guiche (Cyrano de Bergerac d’Alfano), Leporello (Don Giovanni), Figaro (Le Nozze di Figaro), Don Alfonso (Così fan tutte), Golaud (Pelléas et Mélisande), le Baron Trombonok (Il Viaggio a Reims), Wolfram (Tannhäuser), Alidoro (La Cenerentola), Bellone, Osman, Huascar, Ali, Adario (Les Indes Galantes)...

Il est invité dans des maisons telles que l’Opéra de Paris, le Théâtre Royal de La Monnaie, le Théâtre du Capitole de Toulouse, les Opéras de Bordeaux, Marseille, Nancy, Montpellier, Versailles, Saint-Étienne, Reims, Massy, le Festival d’Edimbourg, le Théâtre du Châtelet, le Théâtre des Champs-Élysées, le Sadler’s Wells à Londres, le Buxton Festival ou encore le Sage à Newcastle. En concert, il chante le Requiem de Fauré avec l’Orchestre de Bretagne (Michel Piquemal), la Passion selon Saint Matthieu de Bach (Jean-Claude Malgoire), Le Messie de Händel avec Le Parlement de Musique de Martin Gester, Proserpine de Lully et Sémélé de Marais avec Le Concert Spirituel (Hervé Niquet), le Requiem de Campra (Olivier Schneebeli), l’Orpheus de Telemann (David Stern).

Marc Labonnette a collaboré avec des chefs tels que Marc Minkowski, Jean-Claude Malgoire, Patrick Fournillier, Jean-Yves Ossonce, Roberto Forès-Veses, Luciano Acocella, Christophe Coin, Daniele Callegari, Hervé Niquet, David Stern ou Patrick Cohën-Akenine, ainsi que des metteurs en scène tels que Petrika Ionesco, Laurent Pelly, Adrian Noble, Corine et Gilles Benizio (alias Shirley et Dino), Denis Podalydès, Olivier Py, Yoshi Oïda, Joachim Schlömer, Christian Schiaretti...

Marc Labonnette a déjà enregistré pour le label Alpha les grands motets d’Henry Dumont avec l’ensemble Pierre Robert (Frédéric Désenclos) ; pour le label Glossa, le rôle de Jupiter dans Proserpine de Lully et Cadmus dans Sémélé de Marais avec le Concert Spirituel (Hervé Niquet) et pour K617 le Requiem de Campra avec les Chantres du Centre de Musique baroque de Versailles (Olivier Schneebeli).

Il a récemment chanté le rôle de Sancho Pança (Don Quichotte chez la Duchesse de Joseph Bodin de Boismortier) sous la direction d’Hervé Niquet et dans une mise en scène de Corinne et Gilles Benizio à l’Opéra de Metz, à l’Opéra de Versailles et à l'Opéra de Montpellier (dans le cadre du Festival de Radio France). Il a chanté également Les Tréteaux de Maître Pierre de Manuel De Falla avec l’Orchestre de Chambre de Genève et a fait ses débuts dans le rôle de Ford du Falstaff de Verdi au Festival de Saint-Céré (reprise plus tard à l'Opéra de Clermont-Ferrand). Il a participé en Mars 2017 à la création mondiale Trompe-la-mort de Luca Francesconi à l'Opéra de Paris dans laquelle il joue le rôle du Baron Nucingen. Enfin, on a pu l'entendre à San Francisco avec le Philharmonia Baroque Orchestra dans Le Temple de la Gloire de Rameau.

Prochainement il sera Planco dans l'Agrippina de Porpora et le Barber Opera à Birmingham et Alcindoro dans la Bohème à l'Opéra de Paris.


Doris Lamprecht  mezzo soprano

Escale à Vienne

 doris-lamprechtaNée à Linz, en Autriche, Doris Lamprecht bénéficie d’un solide apprentissage au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jane Berbié, puis se perfectionne à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris.

Elle fait partie de ces heureuses élues qui poussent au plus haut la combinaison du talent et du tempérament grâce à ses qualités naturelles, son sens musical et aussi une présence scénique et vocale remarquable. Elle s’est imposée dans un très vaste répertoire, qui s’étend de Monteverdi, Bach, Haëndel, Mozart, Verdi, Offenbach aux compositeurs contemporains tels York Höller, Olivier Greif, Philippe Manoury…

Elle a campé avec force Mme Boulingrin (Les Boulingrin, création de G. Aperghis) et Lady Pamela dans Fra Diavolo d'Auber, à l'Opéra Comique, et Ermerance (Véronique) mise en scène par  Fanny Ardant au Théâtre du Châtelet. A l'Opéra de Paris, dans Die Tote Stadtelle s'est montrée une exceptionnelle Brigitta.

Parmi ses rôles remarqués, il faut encore citer celui de Dame Marthe (Faust à Lille, Amsterdam et Paris), de Gertrud (Hamlet à Saint-Etienne et Moscou), de Marcelline (Les Noces de Figaro à Tours et Reims), mais aussi Madame Larina dans Eugène Onéguine à Strasbourg, Avignon et Genève, sans oublier Madame de Croissy (Dialogues des Carmélites à l'Opéra de Nantes et Angers) et Madame de la Haltière (Cendrillon au Liceu de Barcelone).

Récemment elle a été Hedwige dans Guillaume Tell, et Jacqueline dans Le médecin malgré lui au Grand Théâtre de Genève ; L’Opinion Publique dans Orphée aux Enfers à Nancy, Montpellier et Nantes-Angers Opéra.

Ses futurs engagements l’emmèneront à Nice et Strasbourg où elle interprètera Madame Larina dans Eugène Onéguine, ainsi qu’au Deutsche Oper am Rhein pour une série de Comte de Luxembourg.


Mowgli Laps ténor

Bagatelle

La Belle Hélène

ML3 BAGLe ténor Mowgli Laps est né en Guadeloupe en 1981, en 2000 il part a Paris où il obtiendra son diplôme d'étude musicale(DEM).

En 2006 Il joue le rôle de Tamino dans la Flûte enchantée au festival Not'en Bulles en Bretagne, puis il est sélectionné pour le concours Placido Domingo (Opéralia) a Valence, et interprète le rôle de Fernando dans les Goyescas d'Enrique Granados à Paris et dans le sud de la France.

En 2007, il chante Turiddu dans Cavalleria Rusticana de P. Mascagni au Théâtre Montansier de Versailles, Némorino dans l'Elixir d'amour de Donizetti avec la troupe "Etoile du jour "au Théâtre de la Reine Blanche, Don José dans Carmen au Théâtre d'Herblay et de Taverny puis le chanteur italien dans Angélique de J.Ibert a l'Opéra comique de Paris. Toujours en 2007 il chante Tamino au Théâtre du gymnase a Paris, puis à l'Opéra de Marseille.

En 2008 il chante la messe en ut de Beethoven en tant que soliste, a l'opéra de Massy, puis le rôle de Ferrando dans Cosi Fan Tutte de Mozart au Théâtre de Levallois.

En 2009 il est Pâris dans la Belle Hélène de J.Offenbach a Poitier, Il est sélectionné une deuxième fois pour Operalia 2009 à Budapest, et chante le rôle du chevalier de Saint George dans l'Opéra le nègre des lumières au Théâtre Mogador a Paris.

En 2011 au Théâtre du Chatelet il est la doublure du Premier Cockney dans My Fair Lady, puis le Premier ténor dans le Trio de Sweeney Todd ainsi que le First man.
Toujours au théâtre du chatelet il est le thug 2 dans Il postino avec Placido Domingo.

En 2012 il est Aristée Pluton dans orphée aux enfers d'Offenbach a Poitier, puis Samson dans Samson et Dalila de Saint Saens au Japon a Osaka sous la direction de Masaki Nakata.La même année Il est le doublure de Benjamin Biolay pour le rôle d'Ottone dans l'opéra rock Pop'pea au Théâtre du chatelet ainsi que Georges de Planteville au festival d'Etretat dans Bagatelle de J.Offenbach.
Mowgli Laps a également participé à de nombreux concerts de musique sacrée et baroque dans toute la France.


Marc Larcher ténor

La bonne d'enfant

Un mari à la porte

L'ile de Tulipatan

Fleurette

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

Les trois baisers du diable 

La leçon de chant électro-magnétique

MaL BdEDe culture franco-espagnole, Marc Larcher termine ses études en Formation Supérieure aux Métiers du Son au Conservatoire de Paris avant d'entreprendre sa carrière de ténor lyrique. Dès 2002, il est engagé comme soliste dans des productions d'opéra.

Il interprète un répertoire varié qui s'étend de Mozart (Cosi fan tutte, la Flûte Enchantée) à Puccini (La Bohème) en passant par Donizetti (Rita, Lucia di Lammermoor) et Verdi (la Traviata), mais son répertoire de prédilection est l'opéra français. Faust de Gounod, Des Grieux dans Manon, le moine poète dans le Jongleur de Notre-Dame, Ramon dans la Navarraise de Massenet, l'amateur de sport dans Dolorès de Jolivet, Valsain dans Ma tante Aurore de Boieldieu sont des rôles qu'il a interprétés à plusieurs reprises. En 2007, il participe à l'enregistrement Deutsche Grammophon du Jongleur de Notre-Dame avec Roberto Alagna à Montpellier. La même année, il est lauréat à Marmande et intègre le CNIPAL à Marseille.

 Il participe également à de nombreuses productions d'opéra-bouffe et opérette : il interprète les rôles principaux de Gipsy, le chanteur de Mexico, la Belle de Cadix et Andalousie de Lopez, la Périchole, la Belle Hélène, la Grande Duchesse de Gérolstein, Barbe-Bleue d'Offenbach, le Baron Tzigane et Valses de Vienne de Strauss, le Pays du Sourire et la Veuve joyeuse de Lehár.

Marc Larcher a chanté notamment dans les opéras d'Avignon, Bordeaux, La Haye, Marseille, Massy, Metz, Montpellier, Nice, Rennes, Saint-Étienne, Toulon, le théâtre du Châtelet, l'Odéon de Marseille.



Alban Legos baryton

La Belle Hélène


2015-07-04 15.08.57Alban Legos commence la pratique musicale à l'âge de sept ans.

C'est d'abord à la flûte traversière qu'il fait ses premiers sons. Pratique instrumentale qui se prolonge pendant huit années. De plus, il chante dans la chorale du Conservatoire de Ferney-Voltaire. Parallèlement, il commence le théâtre à l'école, et c'est au sortir du lycée qu'il comprend vouloir combiner ses deux passions, la musique et le théâtre; c'est donc tout naturellement qu'il se tourne vers le chant lyrique.

Il commencera comme contre-ténor, après avoir entendu un enregistrement de Philippe Jarousky. Cette voix semble dans un premier temps lui correspondre, lui qui a toujours continué à chanter en gardant sa "voix d'enfant".

Il prend ses premiers cours de chant auprès de Francesca Giarini-Dahlen.

En parallèle, ayant toujours eu une attirance pour le corps et son fonctionnement, il entre dans une école de massothérapie à Genève, où il obtiendra son diplôme en 2009.

Pendant cette période, il travaille le théâtre avec le metteur en scène belge Benoît Blampain, et joue, Ptolémée dans la mort de Pompée, et Don Sanche dans Le Cid de Corneille.

Il entre au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Lyon en 2009 dans la classe de Pierre Ribemont. A la fin de cette première année de conservatoire, il décide, en accord avec son professeur, de changer de tessiture et passe baryton.

En 2013, il passe avec succès le concours d'entrée à la Haute Ecole de Musique de Genève, et entre dans la classe de Marcin Habela.

Son amour pour Offenbach le conduit à mener son travail de Bachelor sur l'utilisation du français dans la musique d'Offenbach.


Franck Leguérinel Baryton

Les jeux de l'Amour et d'Offenbach

Trom-Bal-Ca-Zar

Pomme d'Api

La bonne d'enfant

Un mari à la porte

Les deux chanteurs sans place

Bagatelle

L'ile de Tulipatan

Dragonette

Fleurette

La Belle Hélène

FL TULIPAprès des études au CNSM de Paris et à l'Ecole d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris, Franck Leguérinel débute à l'Opéra de Nantes dans la Finta Giardiniera de Mozart et chante depuis sur les scènes françaises les grands rôles mozartiens et belcantistes : Papageno, Figaro et le Comte, Don Alfonso et Guglielmo, Don Giovanni, Mustafa dans l'Italienne à Alger, Dandini et Magnifico dans la Cenerentola, Bartolo dans le Barbier de Séville, le Poète dans le Turc en Italie, Raimbaud dans le Comte Ory, les rôles titre de Don Pasquale et de Viva la Mamma de Donizetti, Dulcamara dans l'Elisir d'Amore du même Donizetti. Il a chanté à deux reprises le rôle de Falstaff dans l'opéra éponyme de Verdi.

Il s'affirme également dans le répertoire français : Albert dans Werther, Henri de Valois et Fritelli dans le Roi malgré lui, Mercutio dans Roméo et Juliette, le rôle titre de Don Procopio, Clavaroche dans Fortunio, Sulpice dans la Fille du Régiment, Lescaut dans Manon, l'Horloge et le Chat dans l'Enfant et les Sortilèges, ainsi que dans l'opérette classique: le Baron dans la Vie Parisienne, le Vice-Roi dans la Périchole, ou encore Calchas dans la Belle Hélène.

Depuis 1993 il se produit fréquemment à l'Opéra National de Paris dans un vaste répertoire. Il est aussi l'invité du théâtre du Châtelet, de l'Opéra Comique, de l'Opéra National de Lyon, des Chorégies d'Orange, du festival de Salzbourg, du festival de Verbier, du Haendel Festival de Halle, du festival de Saint-Céré, de l'Opéra des Flandres, du Grand Théâtre de Genève, de l'Opéra de Lausanne, de l'Opéra Royal de Wallonie, de l'Opéra de Bilbao...

Il vient de remporter un vif succès dans Viva la Mamma à Fribourg et Lausanne, et dans le Barbier de Séville à Avignon, et il était aussi de la reprise triomphale de Mârouf à l'Opéra-Comique.

Parmi ses projets, Fortunio à Limoges et Rennes, le Turc en Italie à Nantes et Angers, Viva la Mamma à Metz, la Chauve-Souris à l'Opéra-Comique...

Sa discographie comprend entre autres les enregistrements de Carmen (direction Alain Lombard), de Lakmé (direction Michel Plasson), de la Grande Duchesse de Gerolstein (direction Marc Minkowski), ainsi qu'un récital de mélodies françaises avec Irène Aïtoff au piano.



Jacques Lemaire ténor

Vent du Soir

IMG 0248 1Il a étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris de 1980 à 1988, où il obtient un Premier Prix d'Opérette (classe de Nicole Broissin), un Premier Prix de Chant (classe de Jane Berbié) et un Premier Prix d'Art Lyrique (classe de Michel Roux). Parallèlement, il participe aux master classes de Denise Dupleix, Lorraine Nubar et Jean-Christophe Benoît.

Dès lors, il est invité à l'Opéra Royal de Wallonie à Liège, l'Opéra National du Rhin à Strasbourg, à l'Espace Cardin, au Théâtre des Arts de Rouen, au Capitole de Toulouse, au Théâtre Mogador, aux opéras de Lausanne, Lisbonne, Nancy, Reims, Avignon, Toulon, Rennes, Marseille, Saint-Etienne, aux Festivals de Sallertaine, de « Musiques en Polynésie » à Papeete, des Voix du Monde de Saint-Denis de la Réunion. Il y collabore avec des metteurs en scène tels que Petrika Ionesco, Alain Marcel, Bernard Pisani, Jean-Louis Grinda, Jean-François Vinciguerra, Jacques Duparc, Robert Fortune, Jean-Louis Pichon, Jérôme Savary... interprétant avec le même bonheur Opéra et Opérette.

En Opérette, après avoir débuté dans Ciboulette (Antonin) et Valses de Vienne (Léopold), il

interprète La Belle Hélène (Ménélas), La Vie Parisienne (Frick), Le Petit Faust (rôle-titre), La Périchole (Panatelas), La Fille de Madame Angot (Pomponnet puis Trénitz), La Chemise du compositeur suisse Jean-François Monot, L'Île aux Rêves de Reynaldo Hahn, L'Auberge du Cheval Blanc, Véronique (Loustot), Dédé (Leroydet), Yes de Maurice Yvain...

En Opéra, il chante dans Albert Herring (rôle-titre), Carmen (Le Remendado), Madama

Butterfly (Goro), Rigoletto (Borsa), Salomé (juif), La Traviata (Gastone), La Vieille Maison de Landowski (Chapeau), Wozzeck de Gurlitt (Le Docteur), Don Quichotte (Juan), Werther (Schmidt), Sancho Pança de Philidor (Don Crispinos), La Terre qui meurt de Marcel Frank, Maria Golovine de Menotti (Le Précepteur), Colombe de Jean-Michel Damase (La Surette) aux côtés de Dame Felicity Lott....

À l'Amphithéâtre de l'Opéra National de Paris-Bastille, il chante dans Une Nuit chez Jacques

Offenbach (m. sc. J.-F. Vinciguerra) spectacle créé au Festival d'Auvers-sur-Oise (juin 96) et diffusé dans le cadre de « Musique et Compagnie » sur France 3 d'Alain Duault.

De 2002 à 2004, il fait ses débuts dans la comédie musicale en participant à la création française de Titanic à l'Opéra d'Avignon et de Chantons sous la Pluie (Le Metteur en Scène) aux Opéras de Montpellier et d'Avignon dans les mises en scènes de Jean-Louis Grinda.

Eve Ruggieri l'invite régulièrement au Festival « Musiques au Coeur » d'Antibes, aux Journées Lyriques de Chartres et d'Eure-et-Loir, au Festival d'Art Lyrique de Lacoste ou encore dans "Musiques au Cœur" (France 2) pour La Traviata (Gastone), La Tosca (Spoletta), Le Nozze di Figaro (Don Curzio), Croque... Notes !, Le Barbier de Séville...

Dernièrement, il interprète L'Amour Masqué à l'Opéra de Saint-Etienne, Mozart de Reynaldo Hahn et Pas sur la Bouche (mise en scène de Jacques Duparc) à l'Opéra de Tours. Son Paillasse dans Les Saltimbanques à l'Opéra de Metz, est salué par la critique française et allemande. L'Opéra de Montpellier fait appel a lui pour La Grande-Duchesse de Gérolstein. Il est également invité à Marseille au Théâtre de l'Odéon pour y interpréter La Mascotte d'Audran et Les Cent Vierges de Lecoq et à l'opéra pour La Belle Hélène dans la mise en scène de Jérôme Savary.

Parmi ses projets, un spectacle de Jean-Michel Ribes au théâtre du Rond-Point, ainsi que la Vie Parisienne pour les fêtes de fin d'année au Grand Théâtre de Tours.


David Louwerse

Suites pour violoncelles

 IMG 10013David Louwerse violoncelliste, est titulaire de deux Premiers prix à l'Unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, de la prestigieuse Lucy G. Moses Award de l'Université de Yale et du Certificat d'Aptitude aux fonctions

de professeur de violoncelle. Il joue très régulièrement avec les violonistes V. Robilliard et B. Mathern, l'altiste V. Béranger
et le pianiste F. Daudet. Son intense collaboration avec le compositeur Thierry Pécou dans le cadre de l'ensemble Variance
l'amène à jouer sur de nombreuses scènes étrangères. David Louwerse enseigne au conservatoire de Bobigny et au
conservatoire de Paris 17ème.



Pierre Mechanick baryton

Trom-Bal-Ca-Zar

Vent du Soir

Dragonette

La Belle Hélène

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

PM DRAGOAvant d'entrer au CNSMD de Paris, où il obtient en 1990 un Premier Prix d'Opérette, Pierre Méchanick s'est formé au théâtre avec Yves Pignot.

Spécialisé dans les rôles "bouffe" et "fantaisiste à voix" du répertoire lyrique, il est également auteur-interprète. Il s'est illustré tant sur les scènes parisiennes qu'à la télévision avec le Trio LA TROISIEME LIGNE et il fait redécouvrir le style "comique troupier" dans son récital Le Chemin des Dames qui rend hommage aux soldats de la Grande Guerre.

Ecrivain, il a composé une Anthologie de la chanson comique à la Belle Epoque, à paraître aux éditions Pocket.

 

 


Clémence Olivier soprano

L'Ile de Tulipatan

Dragonette

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

CO DragoJeune soprano française, Clémence Olivier étudie le violon dès l'âge de 7 ans à Compiègne et obtient une licence en Musicologie à l'Université de Paris IV Sorbonne. Elle commence l'apprentissage du chant à 15 ans, puis se perfectionne auprès de Sophie Hervé. Elle obtient rapidement son premier prix d'Art lyrique à l'unanimité avec les félicitations du jury, et participe à des master-class avec Julie Hassler, Vincent Vittoz, Didier Henry ou encore Mireille Delunsch.
Elle affectionne l'Oratorio et a l'occasion d'interpréter des œuvre telles que la Petite Messe de Noël de M-A Charpentier et les Magnificat de Bach et Vivaldi, la Paukenmesse de Haydn, la Messe du Couronnement de Mozart, le Requiem de Fauré.
Clémence Olivier se produit dans le rôle d'Adina dans L'Elisir d'amore (Donizzetti), Spinette dans Andrea del Sarto (Daniel-Lesur), Alice dans La Grand' Tante et Aurore dans Le portrait de Manon (Massenet) à la Péniche Opéra (Paris), Pauline dans La Vie parisienne (Offenbach), Drogan dans Geneviève de Brabant (Offenbach), Diane dans Orphée aux enfers (Offenbach).
En 2010, elle est engagée par l'Opéra de Metz pour le rôle de Louise dans les Mousquetaires au couvent. Cette année-là, elle est aussi Papagena dans La Flûte enchantée avec la troupe Figaro si Figaro là. Elle est de nouveau à l'Opéra de Metz en 2011 pour Sylvabelle dans L'Auberge du cheval blanc.
Elle est à l'initiative de la Compagnie l'Envolée lyrique dont le premier spectacle, Cosi fan tutte est un des succès du Festival Off d'Avignon 2011 et 2012 et est en tournée en France jusqu'à fin 2013. Elle y tient le rôle de Despina.
Avec le Concert d'Astrée d'Emmanuelle Haim, elle chante Hippolyte et Aricie de Rameau à l'opéra Garnier, et Médée de M.A Charpentier où elle tiendra le rôle de l'Amour au Théâtre des Champs Elysée et à l'Opéra de Lille.
En 2013, elle fait ses débuts à l'Odéon de Marseille avec le rôle de Monique dans Un soir de réveillon de Raoul Moretti.



Lionel Peintre  baryton

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

Les Jeux de l'Amour et d'Offenbach

LionelPhotoLionel Peintre partage ses activités entre opéra, opérette, le concert et la musique d'aujourd'hui.

Il chante dans de nombreux théâtres français et étrangers : Théâtre National de l'Opéra Bastille, Théâtre National du Capitole de Toulouse, Opéra National du Rhin, Grand Théâtre de Genève, Théâtre des Champs-Elysées, Opéra National de Tel Aviv, Opéra Royal de Wallonie, Opéra des Flandres d'Anvers, Opéra National de Lyon, Avignon, Montpellier, Chorégies  d'Orange,..., sous la direction de Michel Plasson, Myung Wung Chung, Serge Baudo, Jean-Yves Ossonce, Jacques Mercier, B.Kontarsky, Pascal Rophé, Michel Tabachnick.

L'année 2015 vient de voir sa prise de rôle de Golaud du Pelléas et Mélisande de Debussy dans la production de l'Opéra Comique ainsi que la création de Giordano Bruno, opéra de Francesco Filidei à Strasbourg, Milan et Rome.

Habitué des créations contemporaines, il participera en octobre 2017 à la première de Kein Licht de Philippe Manoury, d'après Elfriede Jelinek à l'Opéra Comique de Paris, repris ensuite au Théâtre National Croate de Zagreb, au Festival Musica de Strasbourg, aux Théâtres de la Ville de Luxembourg.

Passionné par la Mélodie française, il enregistre de nombreux disques de Jean Cras, Gabriel Dupont, Philippe Gaubert, André Caplet, André Jolivet, la plupart pour le label Timpani.


Thierry Pélicant

Chef d'orchestre

Orchestrateur

Trom-Bal-Ca-Zar

Pomme d'Api

La bonne d'enfant

Un mari à la porte

Vent du Soir

Bagatelle

IMG 0478Né en 1957 à Sainte Adresse, Thierry Pélicant ne se destinait pas à une carrière musicale. Après avoir étudié le piano, l'orgue et le cor, sa rencontre en 1977 avec Jean-Claude Hartemann, directeur de la musique de l'Opéra comique et de la réunion des Théâtres lyriques Nationaux, le décide à interrompre ses études de droit pour se consacrer à la direction d'orchestre. Thierry Pélicant suivra l'enseignement profond et amical du maître pendant plus de quinze ans.

Directeur musical de la ville de Montivilliers jusqu'en 2006, il dirige régulièrement les deux formations symphoniques de la "Cité des abbesses", l'Ensemble Boïeldieu (1998) et l'Orchestre symphonique de la ville (1976) avant de fonder en 2008 l'Orchestre André Messager. Avec l'Ensemble Boïeldieu, Thierry Pélicant a participé a de nombreux concerts en Normandie et en France, participant aux festivals de la région, au Concours International de Harpe Lily Laskine, et accompagnant de jeunes solistes ou des formations chorales de Normandie, des solistes du plus haut niveau (Trio Con Fuoco, Pierre Amoyal, Jean Moullière, Frédéric Aguessy, etc.). En 2001, il dirigea dans le cadre de l'année Verdi la seule production française de Nabucco. Toujours avec l'Ensemble Boïeldieu, il a participé au tournage du Film « 36 » d'Olivier Marshall (G. Depardieu, D. Auteuil). En 1981 il devient le trente troisième chef du "Concert", Orchestre Philharmonique du Département de l'Oise, fondé avant 1750 à Beauvais. Une mission de diffusion de la musique et de formation des musiciens au métier d'orchestre ayant été confié à cet ensemble, Thierry Pélicant et les soixante musiciens du "Concert" donneront ainsi plus de deux cents concerts en France et à l'étranger.

Passionné par la musique Française, il a recréé une symphonie perdue de Gossec et des pièces lyriques oubliées de Boïeldieu, Méhul et Philidor, interprétées au Théâtre Impérial de Compiègne par Laurent Nahouri accompagné du "Concert". Il a retrouvé et reconstitué la Messe solennelle de Louis-Victor-Adrien Boïeldieu, fils du "Grand Boïeldieu", qui fut jouée huit fois en 1998 dans les Abbayes de Normandie avant d'être enregistrée et éditée. Il a également dirigé à Paris et au Festival Massenet de Saint-Etienne la création mondiale de la Suite parnassienne de Jules Massenet. Cette œuvre a fait l'objet d'un enregistrement pour les éditions Malibran salué par la critique ( ffff Télérama). Conscient de l'importance fondamentale de toute création contemporaine, il a dirigé les premières auditions d'œuvres de Dominique Preschez, Chrystel Marchand, Vincent Bénard, Denis Uhalde, Stéphane Krégar, Raphaël Drouin, Philippe Morino etc.

Compositeur, il a écrit principalement des pièces concertantes (concerto pour orgue, pour hautbois, pour basson, pour cuivres, Rhapsodie pour violon, concerto pour contrebasse), des symphonies, dont la troisième, "sérénade", était une commande du Festival de Nyons. Un opéra bouffe, "Elise et le fantôme" et un opéra inachevé, "Ribouldingue ou La Parturition des Pieds Nickelés" n'ont été joués en concert que par extraits. "Ombre Légère", un cycle de mélodies pour soprano, harpe et orchestre a été créé en 1996 à l'Abbaye Royale du Moncel dans le cadre du festival Musique dans l'Oise. Son Oratorio de Noël pour baryton, choeur et orchestre, "Et de toi, Bethléem", composé sur un livret du poète Luis Porquet a été créé en Décembre 1998 à la cathédrale de Senlis et enregistré avec le baryton Malcolm Walker avant d'être représenté en Allemagne et en Russie. Son Concerto lyrique pour orgue et orchestre, commande de la ville de Montivilliers, a été interprété pour la première fois en juin 2000 pour célébrer la restauration de l'abbaye de Montivilliers. Son Psaume 22, pour basse et orchestre, commande de la Route des Abbayes Normandes, a été créé et représenté à cinq reprises. Quelques pièces de musique de chambre sont à son catalogue (Sonate pour cor, "Musiques d'Eglise", Les sept piliers de la sagesse, pour octuor de vents et contrebasse, La partition, pantomime pour une danseuse, voix off avec quintette pour piano et vents, Cinq pas, pour quintette à cordes, etc. ). Il a également écrit pour le quatuor Denner des pièces pour clarinettes (Ouverture dramatique et sentimentale pour quatuor, Frascati, pour quatre quatuors et ensemble de clarinettes, De la force- De la sagesse- De la beauté, trois pièces pour 2 clarinettes et cor de basset). Certaines de ces pièces ont fait l'objet d'un enregistrement. Son premier roman, Carnets de Walter Crane, a été édité en janvier 2005.

 



Erwan Piriou baryton-basse

La Belle Hélène

Erwan Piriou-redErwan Piriou découvre la musique au conservatoire de Garches, où il obtient un DFE de violoncelle, qu'il pratique en amateur, au sein de divers ensembles. Après avoir été travailleur social à Médecins Sans Frontières, il entame une carrière d'instituteur, pendant laquelle il développe son autre passion, le chant, aussi bien avec ses élèves que dans différents ensembles vocaux. C'est une rencontre avec Aurore Tillac (chef du choeur de l'Armée française) qui le décide à franchir le pas vers une véritable formation vocale. Il étudie le chant au conservatoire de Saint-Denis, dans la classe de Pierre Kuzor et Thomas Palmer (chef de chant au Théâtre du Châtelet et au Théâtre des Champs-Elysées), où il obtient un DFE en 2014. Il poursuit actuellement sa formation auprès de Didier Henry et David Jones.

Erwan a participé, en tant que choriste, à de nombreuses productions lyriques : Opéra de Toulon, Opéra Nomade, Opéra en Plein Air, Orchestre National des Pays de Loire, ou encore Festival d'Opéra de Choisy. Il a aussi interprété différentes oeuvres en soliste, comme le Requiem de Verdi, des Cantates de Buxtehude, ou des pièces contemporaines. On a pu l'entendre dans Les Noces de Figaro dans les rôles de Bartolo et d'Antonio. Il a été Méphisto dans Faust, Forestan dans Les fêtes de l'Amour et de Bacchus de Lully, Valens dans Theodora de Haendel. Il se produit régulièrement avec la Manufacture Vocale, Soli Tutti, Luce del Canto, La Tempête, Opéra en Plein Air. Il est également membre du Quatuor Mandarine. Il s'aventure du côté du jazz et du gospel, notamment lors d'une tournée des cathédrales, Sacred Concert (Duke Ellington) avec le Duke Orchestra, comme choriste et soliste.



Majan Pochard Concepteur de costumes

La Belle Hélène

Monsieur Choufleuri restera chez lui le ...

Majan 01Diplômé de DMA costumier réalisateur de Nogent-sur-Marne en 2010, il travaille en tant que costumier à l'opéra de Paris, dans le cinéma et le spectacle vivant. En 2013, il intègre la section costumier concepteur de l'ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre [X] ). durant ses études, il travaille sur la relation entre le corps et le costume; il adapte notamment "la fête du cochon" de Peter Turrini. A cette occasion, il propose aux comédiens d'entrer dans leur personnage grâce au costume. A sa sortie de formation, il assiste Michel Ronvaux pour les costumes de "La Belle Hélène", pour le Festival Offenbach d'Etretat. Il rencontre également Cécile Kretschmar et Alexis Kinébanyan avec qui il développe des projets autour du masque et de la perruque. Dernièrement, il travaille pour la mise en scène de "L'école des femmes" d'Armand Eloi et de "Ruy Blas" de Malik Rumeau.

 [X] - Promotion Ariane Mnouchkine.



Ghyslaine Raphanel soprano

Les jeux de l'Amour et d'Offenbach

Pomme d'Api

 La bonne d'enfant

 Un mari à la porte

 Récital

 Bagatelle

IMG 10124Elle est co-fondatrice, avec Daniel Fidelin, du Festival Offenbach d'Etretat. Ghyslaine Raphanel fait ses études musicales au Conservatoire de Rouen, au CNSM de Paris avec Janine Micheau et Andréa Guiot, puis à l'Ecole de Chant de l'Opéra de Paris avec Elisabeth Grümmer. Engagée dans la compagnie de l'Opéra de Bâle, elle y aborde de nombreux rôles : Gilda (Rigoletto), Constance (L'Enlèvement au Sérail), Juliette (Roméo et Juliette), Manon, Titania (Le Songe d'une Nuit d'Eté), et Zerbinette (Ariane à Naxos) qu'elle chante également à l'Opéra Comique, au festival d'Aix-en-Provence puis à Lauzanne. Depuis, elle chante les grands rôles du répertoire de soprano léger dans les maisons d'opéra de Paris, Toulouse (le Capitole), Lyon, Marseille, Hambourg ou Vienne.Ghyslaine Raphanel consacre également une partie de ses activités à l'enseignement du chant, qui la passionne. Cette prédilection l'a menée à enseigner cette saison aux conservatoires de la Réunion. Elle sera de retour en Métropole cet hiver pour la création, à Reims, de la nouvelle pièce de Christian Siméon (Molière de l'auteur 2007) : Radeaux, dans laquelle elle tiendra l'un des rôles principaux. Elle a choisi le Festival pour faire en 2012, avec Bagatelle, ses adieux à la scène.



Quentin Régnier

Créateur de lumières

IMG 0582








Michel Ronvaux

Costumier et scénographie

Michel RonvauxAprès une formation artistique commencée très jeune à l'Ecole d'Art et Dessin de Paris puis à l'Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg et ensuite à ENSATT, Michel Ronvaux entre à l'Opéra de Paris en juin 1975 comme décorateur - costumier. Depuis 1983 il dirigeait l'atelier de décoration sur costumes au Palais Garnier. Une curiosité permanente l'amène à participer à des manifestations artistiques – téléfilms, clips publicitaires, spectacles de variété, opérettes ....- . En 1991, il scénographie les costumes des Noces de Figaro de Mozart au CNSM de Paris puis à l'Opéra de Nice où il reviendra en 1996 pour une mise en scène de William Relton et Une petite flûte enchantée mise en scène par Yves Coudray. Entre 1995 et 1998, il crée les costumes de La Bohème de Puccini à l'Opéra Comique et de V'lan dans l'œil de Hervé à l'Opéra Comique, puis en 2002 Les Divertissements de Versailles au Théatre des Champs Elysées avec les Arts Florissants.En 2004, le Centre de Formation Lyrique de L'Opéra National de Paris fait appel à lui pour les costumes de Songes, rêves, cauchemars et autres nuits, mise en scène de Yves Coudray. En 2005 cette structure devenue - Atelier Lyrique - lui demande sa participation pour les costumes de L'isola disabitata de Haydn dirigée par Dominique Pitoiset et Stephen Taylor au Théâtre Jean Vilar de Suresnes, puis pour Cosi Fan Tutte, mise en scène par Jean Louis Martinelli aux Amandiers de Nanterre.


Damien Schoëvaërt-Brossault Marionnettiste

Les trois baisers du diable

damien-sbaMaître de conférence de l'Université Paris-Sud et Praticien Hospitalier. Il s'initie, en 1972, au jeu de la marionnette dans la troupe des Marionnettes Théâtrales de Vincennes (André Verdun), et fonde en 1981 le Théâtre au Clair de Lune avec Anne-Marie Courtot, Maître de conférence de l'Université Paris-Sud. Il crée de nombreux spectacles de théâtre d'objets et d'images, des livres pop-up sur scène présentés au Festival International des Marionnettes de Charleville Mézières, Colégram, Le petit cirque, La boîte à joujoux de Debussy accompagnée musicalement par l'Ensemble Carpe Diem (Jean Pierre Arnault), Le livre du temps accompagné par l'ensemble musical 2E2M et présenté à bord de la Péniche Opéra (Mireille Larroche), Le bateaugraphique avec le concours de l'Ensemble Carpe Diem à la Cité de la Musique (Paris), Le ballet des étoiles de Jolivet présenté à la cité de Science de Lavillette (Paris), Origami et les cinq nuages bleus présenté à l'Opéra Comique Paris, Babar, le petit éléphant de Poulenc à l'espace Cardin avec Edwige Bourdy, Bonjour soleil au Théâtre de Neuilly ... Il réalise également des objets marionnettiques pour Péniche Opéra La forêt bleue présentée au Théâtre Sylvia Montfort, pour le Théâtre sans toit (Pierre Blaise) Romance dans les graves et Les anges présentés à l'amphithéâtre de Opéra Paris Bastille, pour l'ensemble k-unik, à l'exposition Naissance du Musée de l'Homme, et l'exposition Avant de naître du Muséum d'Histoire Naturelle du Havre...

Jean-Michel Séréni ténor

Les Jeux de l'Amour et d'Offenbach

IMG 2953R redAprès des études vocales et musicales à Montréal, Jean-Michel Séréni entame une carrière de chanteur centrée autour des rôles mozartiens : Masetto, Guglielmo, Figaro, le Comte, Don Giovanni et Papageno. L'opérette et le théâtre musical l'attirent aussi : il chante Le Vice-Roi, Agamemnon, Calchas; Danilo, Brissac ou encore Larivaudière. Egalement intéressé par la musique d'aujourd’hui, il chante Weill, Britten (Bottom du "Songe d'une nuit d'été"), le Passeur dans "Curlew River" ou Jacques Charpentier. Il participe à la création d"Ubu" de Vincent Bouchot à l'Opéra-Comique et de "Cuore" de Carlo Carcano à l’Opéra Bastille. Jean-Michel Séréni a chanté au Théâtre des Champs-Elysées, au Châtelet, à l’Opéra de Marseille, Metz, Montpellier ... et a participé à des tournées avec l'ARCAL, l’Action lyrique Ile de France ... A l'étranger, il s'est produit notamment à l'Opéra Royal de Wallonie, à Londres, Palerme, Reykjavik, Fribourg, Tirana. En concert, il chante les grandes œuvres pour baryton du répertoire d'oratorio ainsi que la mélodie française, le lied, les mélodies anglaises et scandinaves... Il se consacre également depuis quelques années à l'écriture et à la mise en scène de spectacles lyriques : "0pérette au Grand Hôtel", repris au théâtre Sylvia Monfort à Paris; "C'est la faute à Wolfgang", une adaptation de "Cosi fan tutte", "Le Coup de fil d’Ariane", "Opéra en Appartement", "Le Devin du Village" de Jean-Jacques Rousseau etc…


Sophie Teulon

Pianiste

sophieteulonaTitulaire du Grand prix de la ville de Nîmes couronnant ses études supérieures de piano, musique de chambre et alto, Sophie Teulon rencontre Jane Berbié au CNSM de Paris dont elle a suivi la classe de chant. À ses côtés, elle apprend son métier de chef de chant qu'elle poursuit auprès de Nadine Denize à l'Ecole Normale de Musique. Intervenant régulièrement au CNIPAL de Marseille, elle a aussi accompagné les Master Classes de Prades et le Concours international de chant de Toulouse. Parallèlement, elle donne en concert, pendant 20 ans, le grand répertoire de sonate violon-piano aux côtés de Michel Laléouse, du Quatuor Bernède. Elle est actuellement chef de chant au Conservatoire du Centre à Paris, et entretient une collaboration musicale avec les Révélations Classiques de l’ADAMI.



Caroline Tref

Suites pour violoncelles

IMG 9955Caroline Tref est diplômée d'un Master de violoncelle avec distinction (classe de Marie Hallynck) et d'un Master pédagogique du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.Elle s'est également formée auprès de David Louwerse, Philippe Bary, Xavier Gagnepain, Roland Pidoux, Marcio Carneiro, François Guye.
Caroline Tref a joué avec l'orchestre de l'Opéra de la Monnaie, l'orchestre de chambre de Wallonie,l'orchestre de Tours, le nouvel orchestre de chambre de Rouen mais c'est avant tout en musique de chambre qu'elle se réalise.
Riche d'un apprentissage auprès des plus grands (quatuor Danel, quatuor Ysaïe), elle est violoncelliste de deux ensembles parisiens, le trio à cordes Constance et l'ensemble Thalie (quatuor à cordes et voix).
Caroline Tref enseigne au CRD du Havre.


Nina Uhari

Pianiste Chef de Chant

Les Jeux de l'Amour et d'Offenbach

IMG 8518Nina Uhari est née en Finlande, où elle a effectué ses études professionnelles à l'Académie Sibelius d'Helsinki. Elle est ainsi élève dans la classe de piano de Matti Raekallio et de Eero Heinonen puis travaille la musique de chambre avec Ralf Gothoni et l'interprétation du lied avec Ilmo Ranta et Gustav Djupsjöbacka.

Elle approfondit ensuite sa formation pianistique à Baltimore (USA) avec Julian Martin, puis à Paris à partir de 1997 avec Bernard Ringeissen et entreprend également des études d'accompagnement au Conservatoire National de Région du Rueil-Malmaison auprès d'Angeline Pondepeyre, Monique Bouvet et David Selig.
De 2003 à 2012 Nina Uhari travaille comme Chef de Chant au CNIPAL (Centre National d'Insertion pour des Artistes Lyriques) à Marseille, où elle devient chef de chant principal en 2008. En parallèle elle travaille d'abord en tant qu'assistante de la classe de rôle de Jean-Philippe Lafont à l'Ecole Normale de Musique de Paris; à partir de 2008 elle devient titulaire de cette classe.En septembre 2012 Nina Uhari est engagé à l'Haute Ecole de Genève pour la site de Neuchâtel, où elle travaille comme Chef du Chant pour le département vocal.
Elle a eu l'occasion de se produire en récitals de piano, récitals de lieder et concerts de musique de chambre en Finlande et en France mais aussi en Allemagne, en Autriche, en Espagne, en Colombie, au Togo et aux USA. Nina Uhari a obtenu le premier prix de piano aux concours Hannikainen et Fazer en Finlande et le prix Spedidam au concours du forum de Normandie en France.
En 2010 elle forme le duo Alma avec le violoniste Augustin Bourdon.Depuis 2007 elle est régulièrement invitée par le baryton Tom Krause pour accompagner sa masterclasse au Mozarteum de Salzburg, et en 2008 elle a accompagné la master classe de Mme Janine Reiss à la salle Cortot à Paris. En 2008 elle travaille au festival de Aix en Provence pour la production de Così fan tutte en tant que chef de chant et en 2009 elle est engagé par Opéra de Massy pour faire les études musicales dans la production de Cendrillon de Massenet.


Sarah Vaysset soprano

Un Mari à la Porte

Récital

SV UMAPSarah Vaysset débute ses études vocales avec Anna-Maria Bondi et les poursuit au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Mireille Alcantara où elle obtient son diplôme en 1999.

En 1999, elle fait ses débuts dans le rôle de Mélisande de Pelléas et Mélisande de Debussy à Paris et Orléans, et celui de Pamina dans La Flûte Enchantée de Mozart au festival de Gattières. On l'entend la même année dans la Messe à deux chœurs de H. Desmaret au Centre de Musique Baroque de Versailles et en tournée en France et à l'étranger.

Elle entre au Centre de Formation Lyrique de l'Opéra de Paris et se produit à l'amphithéâtre de l' Opéra Bastille de 1999 à 2001 dans plusieurs œuvres lyriques : Don Pasquale (Norina), Le Directeur de Théâtre de Mozart (Silberklang), Acis et Galathée de Haendel (Galathée), Roméo et Juliette de Gounod (Juliette), La flûte enchantée (Pamina), Mr Choufleuri d' Offenbach, ainsi que le Téléphone de Ménotti et Cosi fan tutte (Despina ) repris successivement en 2000 et 2001 aux Chorégies d'Orange au Château Malijay. Elle assure aussi la doublure du rôle de Pedro de Don Quichotte de Massenet à l'Opéra National de Paris.

Elle se produit par ailleurs dans de nombreux théâtres et festivals en France : à l'Opéra de Bordeaux dans des extraits d'Idoménée de Mozart (Ilia) et dans le Stabat Mater de Pergolesi en 1999, à l'Opéra d'Avignon en 2001 dans Hérodiade de Massenet ainsi que dans La Poule Noire de M. Rosenthal , à l'Opéra de Toulon dans l'Etoile de E.Chabrier (Laoula) sous la direction de L. Campellone, et Ariane à Naxos de Strauss (Naïade) en 2005 sous la direction de F. Pleyer, au festival des Nuits Romantiques du Lac du Bourget dans Don Pasquale, à Paris dans Les Quatre Rustres de Wolf-Ferrari (Félice), au festival des Soirées Lyriques de Sanxay dans La Traviata (Flora), Nabucco (Anna), la Bohème (Musetta), le Trouvère (Inès), Aïda (La Grande Prêtresse) et à la Péniche-Opéra et en tournée en France dans « Un Messager a fait le printemps » depuis 204 ainsi que dans La poule Noire et Rayon des soieries de Manuel Rosenthal. On la retrouve également dans M. Choufleuri et Le Caïd de A.Thomas à l'Opéra de Metz.

Elle a également interprété les rôles de Oscar dans Un Bal Masqué de Verdi, Adina dans l'Elixir d'Amour de Donizetti, Héro dans Béatrice et Bénedict de Berlioz, Zerlina dans Don Giovanni, Hélène dans La Belle Hélène de J.Offenbach et Marguerite dans Faust de Gounod.

Ses engagements s'étendent à l'étranger où elle participe à la production du Musée d'Orsay de Pelléas et Mélisande de Debussy (Mélisande) représentée en Turquie à Ankara et Istanbul, et en Syrie à Damas ainsi que La Vie Parisienne de J.Offenbach (Gabrielle) au Maroc.

En 2004, elle a interprété le rôle de Frasquita dans Carmen à la Scala de Milan sous la direction de M.Plasson.

 


Laeticia Volcey soprano

Vent du Soir

Fleurette

LV VDSCette jeune chanteuse lyrique de 25 ans est d'origine réunionnaise. Passionnée de chant et de piano, elle entre à l'âge 10 ans, dans une école de musique pour y étudier principalement la théorie musicale et le piano avec Jean-Marc Payet. Après l'obtention de son baccalauréat littéraire et six années consacrées pleinement à ses études, elle intègre la classe de Ghyslaine Raphanel au CRR de Saint-Denis. Elle participe, depuis ce moment, à plusieurs concerts où figure notamment Le pâtre sur le rocher de F. Schubert.

Elle vient de passer brillamment son examen de passage en 3ème cycle et fera avec Vent du Soir ses premiers pas sur une scène métropolitaine.

Parallèlement à ses activités artistiques, elle écrit une thèse de linguistique anglaise à l'université de la Réunion.


 

Ainhoa Zuazua Rubira soprano

Récital au Donjon - Domaine Saint Clair

Ainhoa Z-bisOriginaire du Pays Basque Espagnol, Ainhoa Zuazua Rubira a étudié à l’Ecole Supérieure de Chant de Madrid (Espagne), puis à l’Université de Musique et d’Art scénique de Vienne (Autriche) où elle a obtenu le diplôme supérieur en 2005. C’est en intégrant les Jeunes Voix du Rhin qu’elle arrive en France en 2006. Elle interprète Frasquita dans une production de La Carmencita,G.Bizet (mise en scène Matthew Jocelyn), La Voix du ciel dans Don Carlos de G.Verdi et Despina dans Cosi fan Tutte de W.A.Mozart à l’Opéra National du Rhin.
Parallèlement, Ainhoa participe à des master classes prestigieuses avec notamment Victoria de los Ángeles, Patricia Wise, et plus récemment Françoise Pollet.
Son expérience est à l’image de son parcours géographique : très variée. Elle aborde ainsi l’opéra en interprétant, entre autres, des rôles tels que Belinda (Dido and Æneas, H. Purcell) puis Juliette (Capulets et Montaiguts, V. Bellini), Micaëla (Carmen, G.Bizet). Dernièrement, elle était Constanza dans L’isola disabitata de Manuel Garcia au Teatro Arriaga de Bilbao, et Donna Anna dans Don Giovanni de Mozart au Summum de Grenoble.

Elle a aussi chanté Mimi (La Bohème, G.Puccini Opéra en plein air 2016) et Les Saisons (J.Haydn) dans le Festival International de Besançon (concours international de chefs d´orchestre), Les nuits d’été (H.Berlioz) dans le Festival Hector Berlioz à La côte Saint-André et Les Quatre Derniers Lieder de R.Strauss à Stavanger (Norvège) avec le Stavanger Symponiker Orchestra sous la baguette de François-Xavier Roth. Elle collabore également avec la compagnie Opera3 dans les spectacles Shakespeare Notes, Rigoletto (opéra-minute) et Lakmé (opéra-minute).

Enfin, elle est régulièrement invitée en tant que soliste pour des oratorios ou des récitals. Parmi ses engagements récents, on a entendu Ainhoa dans Hänsel et Gretel de Humperdinck, une production du Centre lyrique de Clermont-Auvergne, dans la seconde symphonie de Mendelssohn à l’Opéra de Bilbao et dans les zarzuelas El dúo de la africana et La Corte de Faraón sous la direction de Emilio Sagi aux Teatro Arriaga de Bilbao et Campoamor de Oviedo (Espagne), mais aussi dans l'Exhultate jubilate de Mozart avec L’Orchestre Divertimento et la chef Zahia Ziouani, et dans le rôle de La femme étrangère du Consul de G.C. Menotti avec L’Orchestre Pasdeloup sous la direction musicale de Iñaki Encina Oyón et mise en scène de Bérénice Collet aux théâtres d’Herblay et de l’Athénée-Louis-Jouvet de Paris.